Victoire inattendue de l'opposition tchèque aux législatives

Victoire inattendue de l'opposition tchèque aux législatives
Victoire inattendue de l'opposition tchèque aux législatives
Crédit photo © Reuters

par Jan Lopatka et Jason Hovet

PRAGUE (Reuters) - La coalition tchèque d'opposition de centre-droit Ensemble a battu contre toute attente le parti du Premier ministre sortant Andrej Babis à l'issue des élections législatives organisées vendredi et samedi et s'est engagé à former un nouveau gouvernement avec ses alliés.

Ensemble et une autre coalition d'opposition, le Parti Pirates et les Maires, étaient en passe de remporter un total de 108 sièges à la chambre basse du Parlement, qui en compte 200, selon les décomptes de la télévision locale.

Andrej Babis, âgé de 67 ans, a été vivement critiqué pendant la campagne pour sa gestion controversée de la crise sanitaire. Ses détracteurs lui reprochent également d'avoir laissé filer la dette et d'avoir favorisé ses intérêts alors qu'il occupait le fauteuil de chef de gouvernement, ce qu'il réfute.

D'après des résultats quasiment définitifs, Ensemble a obtenu 27,78% des voix, devançant de peu le parti d'Andrej Babis ANO, à 27,13%, et la formation Pirates/Maires arrivée troisième, avec 15,60%.

Les deux coalitions d'opposants refusent de travailler avec Andrej Babis en raison de ce qu'elles considèrent comme des conflits d'intérêts inacceptables, liés à l'empire commercial qu'il a bâti avant d'entrer en politique.

Ce résultat est un coup dur pour le président tchèque Milos Zeman, un allié de l'homme d'affaires populiste, et pour les communistes, qui n'auraient obtenu aucun siège au Parlement.

Milos Zeman a indiqué qu'il laisserait à Andrej Babis la première tentative de former un gouvernement de coalition si ANO remportait le plus grand nombre de voix, ce qu'il est parvenu à faire en tant que parti individuel.

Andrej Babis a reconnu qu'Ensemble avait remporté plus de voix en tant que coalition mais n'a pas pour autant signalé son intention de passer dans l'opposition.

"Si le président m'y autorise, je dirigerais les discussions sur la formation d'un gouvernement", a-t-il déclaré.

Mais si les coalitions d'opposition respectent leur engagement à travailler ensemble, Andrej Babis n'a alors aucune chance d'obtenir une majorité.

Andrej Babis devait rencontrer dimanche le président tchèque et à nouveau mercredi.

(Reportage Jason Hovet et Jan Lopatka, avec Robert Muller; version française Nicolas Delame et Laetitia Volga)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !