»
»
»
Consultation

Vers une enquête au Sénat sur les crimes pédophiles dans l'Église

Vers une enquête au Sénat sur les crimes pédophiles dans l'Église
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les sénateurs socialistes ont demandé mardi l'ouverture d'une commission d'enquête au Sénat sur les crimes pédophiles au sein de l'Église catholique, confrontée à de multiples scandales dans le monde, conformément au souhait de certains catholiques engagés.

L'appel à une enquête parlementaire lancé le mois dernier par l'hebdomadaire Témoignage chrétien s'était pour l'heure heurté au refus du Sénat comme de l'Assemblée de s'auto-saisir de la question, comme cela avait par exemple été le cas dans l'affaire Benalla.

Mardi, le groupe socialiste et républicain au Sénat a donc fait usage de son droit de tirage, qui permet à chaque groupe d'obtenir une fois par session la création d'une commission d'enquête ou d'une mission d'information.

"Nous souhaitons aujourd'hui la création d'une commission d'enquête, non pas pour sanctionner les actes, c'est le rôle de la Justice, mais pour faire la lumière sur 'le traitement des abus sexuels sur mineurs et des faits de pédocriminalité commis dans une relation d'autorité, au sein de l'Eglise catholique, en France'", écrivent les sénateurs dans un communiqué.

A l'Assemblée, où la cheffe de file des députés PS, Valérie Rabault avait demandé en vain au président Richard Ferrand (LaRem) de créer cette commission par ses pouvoirs propres, l'idée est désormais abandonnée dans la mesure où une demande est lancée au Sénat, a annoncé la porte-parole du groupe.

Le lancement de la commission est désormais conditionné à deux feux verts, celui de la ministre de la Justice Nicole Belloubet et de la commission des Lois du Sénat.

Interrogée sur RTL, la Garde des Sceaux a confirmé mardi sur RTL être favorable à l'ouverture d'une commission pour faire la lumière sur "un vrai scandale à la fois social et intime".

"Ce n'est pas à moi de juger nécessaire une commission d'enquête, c'est au Parlement de l'apprécier", a-t-elle estimé. "Il faut évidement veiller à ce qu'il n'y ait pas d'empiètement sur les procédures en cours", a-t-elle ajouté.

Reste à franchir l'obstacle de la commission des Lois, appelée à se réunir sur le sujet avant le 17 octobre, et où certains élus Les Républicains se sont montrés réticents au projet.

(Julie Carriat, avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com