»
»
»
Consultation

Valls promet de sortir 1,8 million de ménages de l'impôt

Valls promet de sortir 1,8 million de ménages de l'impôt

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a promis vendredi un milliard d'euros de baisse d'impôt dès cet automne, ce qui permettra selon lui de "faire sortir" 1,8 million de ménages modestes français de l'impôt sur le revenu (IR), trois fois plus qu'annoncé initialement.

Le Premier ministre a précisé sur Europe 1 que cette baisse porterait sur l'IR payé en 2014 au titre des revenus de 2013 et serait en partie financée par la lutte contre la fraude fiscale.

"La mesure va bénéficier à plus de trois millions de ménages. Elle va faire sortir de l'impôt sur le revenu 1,8 million de ménages", a-t-il expliqué. "C'est un milliard d'impôt en moins, un milliard d'euros de pouvoir d'achat en plus pour les Français, notamment les plus modestes."

"La mesure sera en grande partie financée grâce à la lutte contre la fraude fiscale. Nous avions déjà provisionné 500 millions d'euros, cela nous permettra d'atteindre ce milliard."

Le budget 2014 prévoit deux milliards d'euros de recettes supplémentaires grâce à la lutte contre la fraude fiscale.

Le Premier ministre avait annoncé dimanche dernier que 650.000 ménages environ seraient exonérés d'impôt sur le revenu cette année grâce à la revalorisation du bas du barème, dans le cadre du collectif budgétaire de juin prochain.

A dix jours d'élections européennes qui se présentent mal pour le Parti socialiste au pouvoir et au lendemain de l'annonce d'une croissance nulle au premier trimestre 2014, il a promis finalement une mesure beaucoup plus ambitieuse.

MESSAGE POLITIQUE

"Il faut sortir de cette logique de l'impôt (...) qui empêche les ménages de consommer et qui empêche notre économie de retrouver la compétitivité", a-t-il fait valoir.

Il a jugé "insupportable" que le nombre de Français payant l'IR soit passé de 17 millions en 2010 à 20 millions en 2013.

Au-delà de l'impact attendu sur une consommation atone, cette mesure constitue clairement un message à l'adresse d'une majorité divisée sur la politique de rigueur budgétaire.

Manuel Valls s'est cependant défendu de toute intention électoraliste, reproche qui lui est fait par l'opposition.

"Ce n'est pas un geste, c'est un acte au coeur d'une stratégie pour rendre du pouvoir d'achat à nos compatriotes", a-t-il dit, tout en reconnaissant que le gouvernement tirait ainsi "les leçons du message que les Français nous ont fait passer à l'occasion des élections municipales".

Il avait déjà annoncé fin avril des mesures en faveur des ménages les plus modestes, pour amadouer les députés socialistes hostiles à son plan de 50 milliards d'euros de réduction des dépenses publiques.

Il a assuré que les classes moyennes "inférieures" étaient aussi concernées et que le sort des autres classes moyennes serait abordé dans le cadre de la préparation du budget 2015.

D'AUTRES MESURES EN 2015-2016-2017

A aucun moment, le Premier ministre n'a évoqué la remise à plat de la fiscalité des ménages annoncée par son prédécesseur l'automne dernier, puis confiée au premier trimestre 2014 à un groupe de travail qui en a considérablement réduit la portée.

"Dans le débat que nous aurons pour 2015-2016-2017, il faudra intégrer d'autres mesures", a-t-il seulement dit, sans exclure de les intégrer "dans une autre réforme" de l'IR.

Il a précisé que la baisse annoncée vendredi prendrait effet dès l'automne prochain et donné plusieurs exemples.

Elle permettra notamment de faire sortir de l'IR un célibataire ayant un revenu fiscal d'environ 14.000 euros, c'est-à-dire un salarié payé autour de 1,1 smic, ou un couple avec trois enfants et environ 38.000 euros de revenus annuels.

"Pour les Français concernés, l'impôt sera réduit de 350 euros pour un célibataire, et de 700 euros pour un couple", a précisé Manuel Valls, selon qui un couple avec deux enfants et un salaire brut de 3.600 euros par mois verra son impôt annulé.

Un couple de retraités percevant chacun une pension de 1.200 euros par mois verra son impôt passer d'un millier d'euros à environ 300 euros, a-t-il poursuivi. Un célibataire au smic verra son impôt "totalement annulé" et se verra restituer 170 euros de plus au titre de la prime pour l'emploi.

"J'ai également demandé au gouvernement, et nous allons beaucoup en discuter avec les parlementaires, de travailler à une mesure qui améliore l'articulation entre la fiscalité locale et l'impôt sur le revenu", a également dit Manuel Valls.

Il a précisé que les ménages dont l'IR sera annulé cette année bénéficieraient automatiquement d'annulations ou de dégrèvements d'impôts locaux comme la taxe d'habitation.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com