»
»
»
Consultation

Une mise en examen dans l'affaire du "mur des cons"

Une mise en examen dans l'affaire du "mur des cons"

PARIS (Reuters) - La présidente du syndicat de la magistrature, Françoise Martres, a été mise en examen pour injure publique dans l'affaire du "mur des cons", un panneau de photos de personnalités, principalement de droite, affiché dans les locaux du syndicat classé à gauche, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Françoise Martres a été mise en examen le 17 février pour "injure publique" contre un membre de l'Assemblée nationale, a précisé cette source, confirmant une information de Valeurs actuelles.

Dans un communiqué, le syndicat de la magistrature dénonce un "acharnement" visant avant tout à "museler un syndicat qui les gêne et qui a fait de la défense des libertés publiques un combat".

Révélée en avril 2013, l'existence de ce mur avait été confirmée par le Syndicat de la magistrature qui avait précisé qu'il avait été installé dans le local sous la précédente majorité, "à une époque où les magistrats étaient très critiqués".

Dans son communiqué vendredi, le syndicat "conteste que cet affichage – qu’il n’a jamais eu l’intention de rendre public - puisse être assimilé à une quelconque publication syndicale".

"Ce sont les méthodes douteuses d’un journaliste et la diffusion par le site Atlantico.fr de cette vidéo filmée à l’insu des occupants de ce local qui sont seules à l’origine de la publicité donnée à ces image", ajoute-t-il.

Le syndicat accuse également "une certaine droite" de tenter "par tous moyens de détourner l’attention des citoyens de la mise en cause de l’ancien chef de l’Etat dans des affaires judiciaires."

(Chine Labbé, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com