Une joueuse de tennis tchèque rejoint Djokovic en rétention à son arrivée en Australie

Une joueuse de tennis tchèque rejoint Djokovic en rétention à son arrivée en Australie
Une joueuse de tennis tchèque rejoint Djokovic en rétention à son arrivée en Australie
Crédit photo © Reuters

par Courtney Walsh et Cordelia Hsu

MELBOURNE (Reuters) - La joueuse de tennis tchèque Renata Voracova a été placée en rétention sanitaire à son arrivée à Melbourne, où elle devait participer à l'Open d'Australie, dans le même hôtel que le numéro un mondial serbe Novak Djokovic, a annoncé vendredi le ministère tchèque des Affaires étrangères.

Le ministère, qui dit avoir demandé des explications aux autorités australiennes, et indique que Renata Voracova a décidé de quitter le pays, n'a pas précisé si la joueuse bénéficiait comme Novak Djokovic d'une exemption médicale pour participer au tournoi sans apporter la preuve de sa vaccination contre le COVID-19, bien que celle-ci soit requise par les autorités de l'Etat de Victoria pour certaines activités.

Le visa qui avait été décerné à la spécialiste du double a été annulé par la police des frontières australienne, a dit le ministère, confirmant une information de la chaîne australienne ABC News.

"Nous pouvons confirmer que la joueuse de tennis tchèque Renata Voracova est dans le même centre de détention que Djokovic, en compagnie d'autres joueurs", lit-on dans un communiqué.

Une source au fait des préparatifs de l'Open d'Australie avait déclaré un peu plus tôt à Reuters que trois participants ayant bénéficié de la même exemption médicale que Novak Djokovic se trouvaient déjà en Australie, et que d'autres se trouvant dans la même situation étaient attendus la semaine prochaine.

Le joueur serbe s'est vu refuser jeudi l'entrée en Australie faute de pouvoir apporter la preuve de sa vaccination contre le COVID-19. Il avait auparavant annoncé qu'il bénéficierait d'une exemption médicale, non précisée, pour prendre part au tournoi.

DJOKOVIC EST "LIBRE DE PARTIR"

Le numéro un mondial a saisi la justice pour contester le revirement des autorités australiennes et il espère toujours pouvoir participer au tournoi, dont il est tenant du titre, selon son entourage.

La ministre australienne de l'Intérieur, Karen Andrews, a repoussé vendredi les accusations de la famille Djokovic selon laquelle le joueur serbe de 34 ans est en "détention", ajoutant que ce dernier est "libre de partir quand il veut", du moment que c'est pour quitter le pays, et que la police des frontières serait "ravie de l'y aider".

Karen Andrews avait ajouté, avant la confirmation de la détention de la joueuse tchèque, que la police des frontières réexaminait les documents de deux autres personnes admises sur le territoire australien en vertu de cette exemption, sans en préciser les noms.

Selon la source, des exemptions similaires pourraient avoir été accordées à des joueurs ou des officiels qui ne sont pas encore arrivés en Australie.

Le fédération australienne de tennis ne s'est pas exprimée à ce sujet depuis l'interpellation de Djokovic à l'aéroport de Melbourne mercredi.

Srdjan Djokovic, le père de Novak Djokovic, a affirmé qu'une vingtaine d'exemptions avaient été accordées à des joueurs de tennis avant l'intervention de la police des frontières.

Le directeur du tournoi, Craig Tiley, également directeur général de la fédération australienne de tennis, a déclaré cette semaine que 26 demandes d'exemption avaient été déposées, mais que seule une "poignée" avait été accordée.

(Reportage de Courtney Walsh et Cordelia Hsu, avec Robert Muller à Prague, version française Valentine Baldassari et Tangi Salaün, édité par Sophie Louet)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !