Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Un texte sur l'université remanié présenté dans l'après-midi

Un texte sur l'université remanié présenté dans l'après-midi
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le gouvernement devrait présenter mercredi un nouveau texte du projet de réforme des universités comportant des "ajustements".

Il sera sans doute amputé du volet portant sur la sélection à l'entrée en master, a-t-on appris de sources gouvernementales et proches du dossier.

Cette version, qui sera disponible sur internet, sera soumise aux représentants des syndicats étudiants et d'enseignants qui devaient être reçus dans l'après-midi par la ministre chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse.

Selon le porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez, le nouveau projet sera amputé de l'un de ses volets les plus contestés par les syndicats : celui portant sur la sélection à partir de la quatrième année après le baccalauréat.

"Il y a (...) des aménagements qui sont possibles, que ce soit sur le conseil d'administration, sur les délais d'application", a-t-il déclaré lors du compte rendu du conseil des ministres.

"Les questions de sélection par contre, seront abordées vraisemblablement dans un autre aspect de la réforme des universités qui n'est pas liée à celle de l'autonomie", a-t-il ajouté.

Le texte sera selon lui "vraisemblablement" étudié en conseil des ministres mercredi prochain 4 juillet.

AUTONOMIE EN CINQ ANS

Le nouvel avant-projet de loi entend tenir compte des critiques des syndicats sur les trois sujets les plus controversés : la composition des conseils d'administration, la question de l'autonomie et la sélection à partir de la quatrième année, qui serait donc abandonnée pour l'instant.

Pour répondre aux critiques sur l'autonomie accordée aux universités "à la carte", le nouveau texte affirmerait que toutes les universités ont vocation à devenir autonomes dans un délai de cinq ans.

Ce chiffre, qui avait été donné oralement, ne devait à l'origine figurer que dans l'exposé des motifs.

L'autonomie vise à rendre les universités plus efficaces en leur permettant de recruter plus rapidement les professeurs ou encore de pouvoir être propriétaires - et donc de gérer - leurs biens mobiliers et immobiliers pour en tirer des ressources.

En second lieu, une plus grande "souplesse" sera accordée pour la composition des conseils d'administration. Le nombre de leurs membres pourra varier de 20 à 30 selon certains critères. Le texte initial prévoyait de réduire le nombre d'administrateurs de 60 à 20.

Le nombre de représentants des élèves, qui avait été ramené à trois dans la mouture originale, suscitant la grogne des syndicats d'étudiants, devrait donc s'en trouver augmenté en valeur absolue, à défaut d'une augmentation proportionnelle.

Nicolas Sarkozy a mené lui-même les négociations sur la réforme des universités, un dossier sensible qui a commencé à susciter une levée de boucliers des syndicats.

Le président de la République, Valérie Pécresse et le Premier ministre, François Fillon, ont rencontré lundi et mardi à l'Elysée les représentants des présidents des universités, des enseignants, des personnels universitaires et des étudiants.


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !