»
»
»
Consultation

Un rapport sur le RSA attendu fin juillet

Un rapport sur le RSA attendu fin juillet
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre, Edouard Philippe, a lancé mercredi une mission visant à améliorer l'accompagnement et la réinsertion des bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA), en plein débat sur la remise en cause des minima sociaux.

La députée La République en marche (LaRem) des Bouches-du-Rhône, Claire Pitollat, et le président du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Klein, devront rendre leur copie fin juillet, en vue de la conférence sur la lutte contre la pauvreté que le gouvernement compte organiser à ce moment-là.

D'autres missions du même type devraient être lancées sous peu, a-t-on appris de source parlementaire.

Selon des chiffres contenus dans la lettre de mission que Reuters a pu consulter mercredi, six mois après une demande de RSA, 40% des bénéficiaires ne sont pas orientés vers un accompagnement. Au bout de deux ans, 13% sont "totalement livrés à eux-mêmes."

Au total, 66% des allocataires le sont depuis deux ans et un tiers depuis cinq ans ou plus.

Claire Pitollat a dit à Reuters son souci de prendre le problème dans sa globalité.

"Il faut regarder l'individu et tous les freins qui font qu'il est en situation de pauvreté, en besoin de réinsertion, d'émancipation sociale", a-t-elle déclaré. "Les freins peuvent être sociaux, d'ordre médical, du point de vue de la mobilité."

BÉNÉVOLAT

En termes d'insertion, "le RSA n'a pas tout à fait démontré son efficacité absolue, même si c'est mieux que le RMI", a déclaré la semaine dernière sur LCP le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.  

La ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, lui a fait écho mercredi à l'Assemblée nationale.

"Notre système n'est pas assez efficace. C'est un échec collectif, particulièrement en ce qui concerne le RSA", a-t-elle dit. "Il faut accompagner les personnes, les former, les rapprocher de l'emploi, sans attendre que la spirale de la pauvreté soit installée."

Vendredi dernier le Conseil d'Etat a rendu une décision donnant droit au département du Haut-Rhin de demander aux bénéficiaires du RSA de faire du bénévolat.

"Le Conseil d'Etat a rappelé que l'accord des personnes est requis et que le bénévolat ne peut pas leur être imposé. Ce qui m'importe, c'est la réalité du contrat d'engagement qui doit prévoir des modalités d'insertion et un véritable accompagnement pour un retour vers l'activité et l'emploi", a commenté Agnès Buzyn à ce sujet.

En décembre 2016, on comptait environ 1,6 million d'allocataires du RSA en France métropolitaine.

Le revenu de solidarité active est entré en vigueur le 1er juin 2009 en France métropolitaine et deux ans plus tard en Outre-mer. Il a remplacé le revenu minimum d’insertion (RMI), l’allocation de parent isolé (API) et les dispositifs associés d’intéressement à la reprise d’activité.

Depuis le 1er septembre 2010, le RSA est étendu aux jeunes de moins de 25 ans sous condition de justifier de deux ans d’activité au cours des trois dernières années.

(Elizabeth Pineau avec Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com