Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Un deuxième Israélien tué en deux semaines à Sdérot

Un deuxième Israélien tué en deux semaines à Sdérot
Crédit photo © Reuters

par Jeffrey Heller

JERUSALEM (Reuters) - Un Israélien a été tué dimanche par une roquette tombée sur la ville israélienne de Sdérot, et le Premier ministre Ehud Olmert a promis de poursuivre les opérations militaires destinées à faire cesser ces tirs venant de la bande de Gaza.

La branche armée du Hamas a revendiqué ce tir dans lequel une autre personne a été blessée. Elle affirme avoir promu l'unité qui a tiré la roquette, laquelle en explosant dans une rue a provoqué un accident qui a tué un automobiliste de 36 ans.

En près de deux semaines de violences, deux personnes ont péri à Sdérot du fait de tels tirs, réduisant les espoirs d'une reprise rapide du processus de paix. Au total, plus de 220 ont été tirées contre le territoire israélien à partir de la bande de Gaza depuis le 15 mai, indique l'armée israélienne.

L'aviation israélienne a bombardé un peu plus tard dans la journée une position tenue par les miliciens du Hamas sur le rivage de la bande de Gaza. Tard dans la soirée, un missile tiré par un hélicoptère a détruit une position de la Force exécutive du Hamas à Djabalia et une autre missile a frappé les bureaux d'une organisation caritative dépendant du mouvement islamiste à Beït Hanoun, dans le nord du territoire.

Le Hamas a tiré de son côté une nouvelle salve de roquettes sur Sdérot, dont un habitant a été blessé, selon les secours israéliens.

Samedi, une frappe aérienne israélienne avait tué cinq activistes du Hamas dans la bande de Gaza.

"AUCUNE IMMUNITÉ"

Ehud Olmert, qui présidait dimanche matin le conseil des ministres, a réaffirmé qu'"aucune personne impliquée dans le terrorisme n'a la moindre immunité, c'est clair et net".

Ses déclarations laissent penser que des dirigeants politiques du Hamas - qui, selon Israël, donneraient le feu vert aux tirs de roquettes - pourraient aussi être pris pour cible par l'armée israélienne.

"Nous ne sommes liés à aucun calendrier. Nous déciderons où, comment et dans quelle mesure nous agirons. Nous agissons sans limites ou directives de qui que ce soit", a-t-il ajouté.

Devant ses ministres, Ehud Olmert a déclaré que les Israéliens devraient se préparer à un long conflit et qu'il n'accepterait pas nécessairement une trêve en cas d'accord de cessez-le-feu entre le Hamas et le Fatah.

"Il faut nous préparer à une longue confrontation, indépendamment des accords internes aux Palestiniens. Il s'agit d'un long conflit et nous ne promettons pas de coordonner à l'avenir nos actions avec celles du Hamas, qu'il ouvre le feu ou non", a déclaré le Premier ministre, cité par un responsable.

Le Hamas a réagi en rejetant les tentatives menées par le président palestinien Mahmoud Abbas pour rétablir la trêve avec Israël. "Nous ne nous rendrons pas, nous ne hisserons pas le drapeau blanc", a prévenu Aïmane Taha, porte-parole du Mouvement de la résistance islamique.

"NOUS DEBUSQUERONS CHAQUE LANCE-ROQUETTE"

Le chef du gouvernement israélien n'a pas explicitement brandi la menace d'une offensive terrestre dans la bande de Gaza, territoire où les activistes palestiniens évoluent dans des zones résidentielles très peuplées. Plusieurs membres de son gouvernement prônent une telle intervention.

"Nous débusquerons chaque lance-roquette, chaque équipe de lance-roquette. Nous irons chercher ceux qui tirent des roquettes, ceux qui les confectionnent, ceux qui les introduisent en contrebande dans la bande de Gaza", a précisé Miri Eisin, porte-parole d'Ehud Olmert.

L'armée israélienne a déclaré que le Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh, un chef du Hamas, n'était pas la cible des tirs effectués samedi par des appareils israéliens contre un corps de garde installé devant la résidence du chef du gouvernement à Gaza.

Selon la branche armée du mouvement islamiste, les Brigades Ezzedine al Kassam, la roquette qui a fait un mort à Sdérot est une réponse à "ceux qui qualifient ces attaques d'inutiles", une référence au président Abbas, du Fatah. "Ces roquettes déstabilisent l'ennemi et instaurent un équilibre dans l'horreur", disent-elles dans un communiqué.


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !