Un convoi militaire français bloqué au Burkina Faso

Un convoi militaire français bloqué au Burkina Faso
Un convoi militaire français bloqué au Burkina Faso
Crédit photo © Reuters

KAYA, Burkina Faso (Reuters) - Un convoi militaire français qui faisait route vers le Niger a été bloqué vendredi à Kaya, dans la région Centre-Nord du Burkina Faso, par des manifestants qui protestent contre la présence de la France au Sahel, ont rapporté des témoins.

Des centaines de personnes ont fait barrage de leur corps pour stopper les blindés de l'armée française, déployée dans la bande sahélo-saharienne dans le cadre de l'opération Barkhane de lutte contre les groupes djihadistes.

Selon des médias locaux, le convoi avait été accueilli par d'autres mouvements de protestation à Bobo et Ouagadougou, la capitale du pays, mais avait pu passer.

Une source à l'ambassade de France à Ouagadougou et une autre au sein de l'armée française ont confirmé le blocus, sans plus de détails.

L'état-major des armées françaises a annoncé jeudi lors d'un point de presse à Paris que Barkhane avait "neutralisé" une vingtaine de djihadistes au Niger lors d'une "opération d'opportunité?" impliquant des avions de chasse, des drones Reaper et des hélicoptères de combat Tigre dans la zone des "trois frontières", entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso.

La France, qui est engagée dans la région depuis 2013, a annoncé en juin une refonte de l'opération Barkhane, provoquant l'ire de Bamako qui a dénoncé un "abandon en plein vol" et envisage de se tourner vers la société de sécurité privée russe Wagner.

Paris assure qu'il ne se désengage en rien de la lutte antiterroriste mais les populations, lasses des violences de groupes affiliés au groupe Etat islamique ou à Al-Qaïda - singulièrement au Burkina Faso et au Niger - dénoncent l'impuissance présumée des forces internationales et protestent contre leur présence.

(Reportage Thiam Ndiaga and Anne Mimault, rédigé par Alessandra Prentice, version française Sophie Louet, édité par Nicolas Delame)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !