Ukraine: 60 personnes portées disparues après le bombardement d'une école

Ukraine: 60 personnes portées disparues après le bombardement d'une école
Ukraine: 60 personnes portées disparues après le bombardement d'une école
Crédit photo © Reuters

par Alessandra et Prentice

ZAPORIZHZHIA (Reuters) - Au moins 60 personnes sont portées disparues et sont possiblement décédées à la suite de bombardements russes sur l'école d'un village de l'est de l'Ukraine dans la région de Luhansk, a déclaré dimanche le gouverneur régional.

Les forces armées russes ont bombardé samedi après-midi une école dans le village de Bilohorivka, où près de 90 personnes s'étaient réfugiées, causant le départ d'un incendie, a dit le gouverneur Serhiy Gaidai.

"Il a fallu près de quatre heures pour éteindre l'incendie et rendre les décombres accessibles, et malheureusement, les corps de deux personnes ont été trouvés", a écrit le gouverneur sur la messagerie Telegram.

"Trente-six personnes ont été évacuées des décombres, dont sept blessés. Soixante personnes sont probablement mortes sous les débris", a-t-il ajouté.

Reuters n'a pas pu vérifier dans l'immédiat la véracité de ces informations.

L'Ukraine et ses alliés occidentaux accusent les Russes de cibler les civils durant la guerre, ce que dément Moscou.

Dans la ville portuaire dévastée de Marioupol, des dizaines de personnes ont été évacuées du site sidérurgique géant d'Azovstal dans le courant de la semaine, opérations menées par les Nations unies et Comité international de la Croix-Rouge.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a déclaré samedi soir que plus de 300 civils avaient été secourus et que les autorités allaient tenter maintenant d'évacuer les blessés et les médecins. D'autres sources ukrainiennes mentionnaient des chiffres différents.

DERNIER BASTION DE RÉSISTANCE

L'usine est le dernier bastion de résistance des forces ukrainiennes dans la ville portuaire maintenant en grande partie contrôlée par les Russes. De nombreux civils avaient décidé de trouver refuge dans son vaste réseau de tunnels.

Les séparatistes pro-russes ont déclaré samedi que 182 civils avaient été évacués de l'usine et amenés dans des centres d'hébergement temporaires à Bezimenne, dans le Donetsk.

Ceux qui souhaitaient retourner dans les régions contrôlées par les Ukrainiens étaient remis aux représentants des Nations unies et de la Croix rouges, ont-t-il ajouté.

Des dizaines de personnes ayant fui les combats de Marioupol et de ses environs se trouvaient dans la ville de Zaporizhzhia, région contrôlée par les Ukrainiens, à 230 kilomètres de la ville portuaire, et attendaient d'être enregistrés.

"Il y a encore beaucoup de monde à Marioupol qui veulent quitter la ville mais ne le peuvent pas", a dit Viktoria Andreyeva, professeur d'histoire de 46 ans, qui vient tout juste d'arriver à Zaporizhzhia, alors qu'elle a quitté son domicile bombardé à la mi-avril avec sa famille.

"L'air est différent ici, libre", ajoute-t-elle dans une tente où des bénévoles offraient de la nourriture, des produits de première nécessité et des jeux pour les nouveaux arrivants, lesquels ont voyagé, pour beaucoup, avec de jeunes enfants.

Alors que de nombreux pays européens commémorent en ce 8-Mai la fin de la Deuxième guerre mondiale, le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy a dit dimanche que le "mal" était revenu en Ukraine avec l'offensive russe, mais que son pays et ses alliés vaincraient.

Le président russe Vladimir Poutine a envoyé pour sa part dimanche un message aux leaders séparatistes des régions de Luhansk et de Donetsk, disant que la Russie se battait à leur côté dans cette guerre contre l'Allemagne nazie. "La victoire sera la nôtre", a-t-il dit, selon un communiqué publié par le Kremlin.

La guerre en Ukraine est présentée par la Russie comme une "opération militaire spéciale" visant à désarmer l'Ukraine et à en chasser les "nazis".

LES OFFENSIVES SE POURSUIVENT

Le président américain Joe Biden et les autres dirigeants des pays du G7 devaient s'entretenir en visioconférence avec Volodymyr Zelenskiy dimanche, dans un geste d'unité, à la veille des célébrations commémorant la capitulation de l'Allemagne nazie face à l'Union soviétique, à Moscou.

La Grande-Bretagne a déjà annoncé samedi soir qu'elle fournirait une aide militaire supplémentaire de 1,3 milliards de livres sterling (1,52 milliards d'euros), doublant presque ainsi ses engagements de dépenses précédents.

Le ministère de la Défense russe a déclaré dimanche que ses forces avaient détruit un navire de guerre ukrainien près d'Odessa durant la nuit, ainsi que quatre avions, quatre hélicoptères et un bateau d'assaut.

L'Ukraine, pour sa part, a dit avoir repoussé neuf attaques russes à Donetsk et à Luhansk, détruisant 19 tanks et 20 véhicules de combats.

Le gouverneur de la région de Luhansk a fait savoir que les forces ukrainiennes s'étaient retirées de la ville de Popasna, cible d'intenses combats. "Tout est détruit là-bas. Nos troupes se sont réfugiées dans endroits plus fortifiés", a-t-il dit à la télévision.

Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, proche allié du président russe, avait annoncé plus tôt que ses combattants contrôlaient la majeure partie de la ville.

Reuters n'a pas pu vérifier de façon indépendante la véracité des informations fournies par les deux parties.

(reportage additionnel de Pavel Polityuk à Kyiv et des bureaus de Reuters, version française Caroline Pailliez)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !