Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Trump : Les USA n'ont pas encore de preuve de l'empoisonnement de Navalny

Trump : Les USA n'ont pas encore de preuve de l'empoisonnement de Navalny
Crédit photo © Reuters

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a déclaré vendredi que les Etats-Unis devaient se pencher "très sérieusement" sur l'empoisonnement présumé de l'opposant russe Alexeï Navalny, hospitalisé en Allemagne après un grave malaise en Russie, mais que son administration n'avait pour le moment vu aucune preuve.

"C'est tragique. C'est terrible, cela ne devrait pas arriver. Nous n'avons pas encore eu de preuve, mais je vais regarder", a dit le président américain lors d'une conférence de presse. Il a ensuite indiqué aux journalistes qu'il fallait regarder vers la Chine, et non vers la Russie.

L'actuel locataire de la Maison blanche n'a pas pris une position aussi forte que celle du département d'Etat, lequel avait fait part plus tôt de ses sérieuses préoccupations à propos des révélations selon lesquelles Alexeï Navalny avait été empoisonné.

Au cours d'un entretien à Washington dans la journée, le numéro deux du département d'Etat, Stephen Biegun, a déclaré à l'ambassadeur russe Anatoly Antonov que l'utilisation par Moscou d'une arme chimique constituerait une violation claire de ses obligations dans le cadre de la Convention sur les armes chimiques.

"Le secrétaire adjoint a appelé la Russie à coopérer pleinement avec l'enquête de la communauté internationale sur cette attaque", a fait savoir dans un communiqué la porte-parole du département d'Etat.

Berlin a dit avoir établi qu'Alexeï Navalny, avocat âgé de 44 ans qui est le plus éminent opposant au président russe Vladimir Poutine, avait été empoisonné par un produit de la famille du Novitchok.

Moscou accuse le gouvernement allemand de ne détenir aucune preuve. Estimant que rien d'indique qu'il s'agit d'un crime, les autorités russes n'ont pas ouvert d'enquête. [nL8N2FT3HL]

La Maison blanche a indiqué cette semaine que les Etats-Unis allaient oeuvrer avec leurs alliés "pour que ceux qui ont commis cet acte en Russie soient mis devant leurs responsabilités".

(Jeff Mason, Humeyra Pamuk, Pete Schroeder; version française Jean Terzian)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !