»
»
»
Consultation

Trump évite la ligne dure sur les investissements chinois aux USA

Trump évite la ligne dure sur les investissements chinois aux USA
Crédit photo © Reuters

par David Lawder et Doina Chiacu

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain, Donald Trump, a annoncé mercredi son intention de s'appuyer sur les pouvoirs accrus de son administration, plutôt que d'imposer des restrictions spécifiques visant la Chine, pour prévenir d'éventuelles menaces liées aux investissements étrangers dans les technologies de pointe aux Etats-Unis.

Le département du Trésor a recommandé à la Maison blanche de recourir au Comité des investissements étrangers aux Etats-Unis (CFIUS), dont l'autorité de contrôle serait renforcée par un projet de loi actuellement en discussion au Congrès.

Ce projet de loi élargit le champ des opérations soumises à un examen par le comité pour vérifier qu'elles ne portent pas atteinte à la sécurité nationale.

"Je suis arrivé à la conclusion qu'une telle législation apportera de nouveaux outils pour combattre les pratiques d'investissement prédatrices qui menacent notre leadership crucial dans la technologie, notre sécurité nationale et notre future prospérité économique", a dit Trump dans un communiqué.

Appelant le Congrès à achever rapidement l'examen du projet de renforcement du CFIUS, le président a dit qu'une fois le texte adopté, il demanderait à son administration de la mettre rapidement et rigoureusement en application "avec le souci de répondre aux inquiétudes concernant les investissements dirigés par les Etats dans des domaines technologiques clés".

Si le Congrès n'adopte pas la loi rapidement, Donald Trump a ajouté qu'il donnerait à son administration des instructions pour appliquer de nouvelles restrictions au niveau mondial.

KUDLOW SÈME LE DOUTE À WALL STREET

Ce texte, le Foreign Investment Risk Review Modernization Act (FIRRMA), "renforcera notre capacité à protéger les Etats-Unis de menaces nouvelles et en pleine évolution liées aux investissements étrangers tout en préservant l'environnement d'investissement fort et ouvert auquel notre pays est attaché et qui bénéficie à notre économie et à notre peuple", a-t-il dit.

Ces annonces ont été iniatialement saluées par les marchés financiers et Wall Street a ouvert mercredi en nette hausse avant de se retourner à la baisse après des déclarations du conseiller économique à la Maison blanche Larry Kudlow.

Dans un entretien à Fox Business News, ce dernier a dit que la décision de recourir au CFIUS ne correspondait pas à l'adoption d'une approche plus conciliante vis-à-vis de Pékin.

L'indice Dow Jones, qui avait gagné 0,9% en début de séance, a terminé en baisse de 0,68% et le Nasdaq, celui des valeurs technologiques, a plongé de 1,54% après ces propos.

Lundi, le Dow Jones avait perdu 1,34% en raison des craintes de voir Washington encadrer strictement les investissements des entreprises à capitaux chinois dans le secteur des hautes technologies.

La décision du président américain constitue toutefois une victoire pour son secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, partisan d'une attitude moins offensive vis-à-vis de la Chine et opposé à la ligne dure prônée par le conseiller au commerce et à l'industrie de la Maison blanche, Peter Navarro.

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a défendu, dans une interview à la chaîne CNBC, la décision de l'administration de s'appuyer sur la nouvelle législation.

Il a précisé que ces changements ne visaient pas la Chine et qu'il ne s'attendait pas à ce qu'ils aient d'effet sur l'économie. "Cela ne créera pas plus d'incertitude", a-t-il dit.

"La question n'est pas de savoir si l'on est faible ou fort; il s'agit de protéger les technologies. Nous disposons des bons outils, dans ce texte de loi, pour protéger les technologies", a-t-il ajouté.

Washington prévoit néanmoins toujours l'entrée en vigueur le 6 juillet de droits de douane sur 34 milliards de dollars (29,3 milliards d'euros) de produits chinois.

(Juliette Rouillon et Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com