»
»
»
Consultation

Thomson Reuters signe un deuxième trimestre en demi-teinte avant la vente de F&R

Thomson Reuters signe un deuxième trimestre en demi-teinte avant la vente de F&R
Crédit photo © Reuters

TORONTO (Reuters) - Thomson Reuters a annoncé mercredi un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 2%, exactement conforme aux attentes, et le groupe d'informations a confirmé qu'il était bien parti pour réaliser une "solide" performance annuelle.

Le chiffre d'affaires du deuxième trimestre s'élève à 1,31 milliard de dollars (1,13 milliard d'euros), à taux de change constant, contre 1,28 milliard un an auparavant.

Le bénéfice par action (BPA) ajusté ressort à 17 cents, deux cents de moins que la période comparable de 2017.

Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait un CA de 1,31 milliard de dollars et un BPA de 11 cents.

Le bénéfice d'exploitation a lui diminué de 6% à 204 millions de dollars et l'excédent brut d'exploitation (EBE, Ebitda) de 8% à 348 millions de dollars, en raison essentiellement des coûts et des investissements préludant à la cession prévue à Blackstone Group d'une participation majoritaire dans la division Financial & Risk, qui vend des données et informations principalement à une clientèle financière.

Thomson Reuters a accepté en janvier de vendre au fonds d'investissement une participation de 55% dans F&R, une opération d'une vingtaine de milliards de dollars, passif inclus, qui doit être bouclée au début du quatrième trimestre.

Au deuxième trimestre, F&R - désormais comptabilisée comme une opération non poursuivie - a enregistré une hausse de 2% de son chiffre d'affaires à devises constantes, à 1,55 milliard de dollars.

La hausse a été de 2% pour la division Legal (informations juridiques), à 882 millions de dollars, et de 4% à 359 millions pour Tax & Accounting (fiscalité et comptabilité).

L'agence de presse Reuters News a réalisé un chiffre d'affaires de 72 millions de dollars, en baisse de 5% sur un an en monnaies constantes.

"Ce sont des résultats un peu en demi-teinte", commente Doug Arthur, analyste chez Huber Research Partners. "La rentabilité opérationnelle de Legal et Tax & Accounting déçoit un peu (...) mais la croissance organique de ce qui reste du groupe est assez satisfaisante."

Thomson Reuters a indiqué précédemment qu'une partie du produit de la transaction avec Blackstone, trois milliards de dollars au maximum, servirait à des acquisitions dans ses deux principales divisions restantes, Legal et Tax & Accounting. Le groupe ne compte pas se développer dans de nouveaux métiers.

Dans une interview, le directeur général Jim Smith a dit évaluer de possibles opportunités.

(Matt Scuffham, Wilfrid Exbrayat et Véronique Tison pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com