Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Suez : Le conseil rejette le projet Veolia, Ardian entre dans l'arène

Suez : Le conseil rejette le projet Veolia, Ardian entre dans l'arène
Crédit photo © Reuters

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Le conseil d'administration de Suez a annoncé jeudi qu'il rejetait le projet "hostile et opportuniste" de Veolia et qu'il soutenait la direction dans la mise en oeuvre de son plan stratégique et dans la recherche de solutions alternatives au rapprochement proposé par son concurrent.

Un nouvel acteur a par ailleurs fait son apparition dans le dossier, à savoir le fonds français Ardian, qui a déclaré discuter à la fois avec Suez et Veolia en précisant ne privilégier à ce stade ni l'un ni l'autre acteur.

Le conseil de Suez considère dans un communiqué que le projet de Veolia - qui passerait dans un premier temps par le rachat de l'essentiel de la participation d'Engie au capital de Suez - est "un mirage industriel" omettant "des risques d'exécution et des di-synergies majeurs".

L'instance, qui s'est réunie mercredi, évoque aussi la perspective de "multiples cessions d'actifs locaux conduisant à un démantèlement et à une dilution de l'empreinte de Suez", numéro deux mondial du traitement de l'eau et des déchets derrière son prétendant.

Reprenant à son compte les "craintes légitimes" exprimées par les salariés de Suez sur la préservation de leurs emplois en cas de fusion, le conseil ajoute que des clients, municipalités et collectivités "ont exprimé une forte opposition au projet de Veolia, qui menace les équilibres de concurrence en place et qui n'offre pas les perspectives de maintien de la qualité de service et d'innovation sur le long terme (...)".

Il estime en outre que le projet de cession à Meridiam de l'activité Eau France de Suez, proposé par Veolia pour éviter des problèmes de concurrence, "est flou, imprécis et ne semble pas offrir les garanties de sérieux et de crédibilité qui seraient susceptibles d'en faire une solution acceptable (...)".

Toujours selon l'instance, le prix proposé par Veolia pour la quasi-totalité de la participation d'Engie est "significativement inférieur" à la valorisation intrinsèque de Suez et le schéma proposé comporte "un risque de prise de contrôle dans des conditions inacceptables".

UNE CONTRE-OFFENSIVE DE SUEZ AVEC DES FONDS ?

Les administrateurs, dont l'ex-directrice générale d'Engie Isabelle Kocher, reprennent ainsi globalement les arguments du directeur général de Suez Bertrand Camus et considèrent à l'unanimité - en dehors des deux représentants d'Engie, qui n'ont pas participé à la réunion - que la proposition de Veolia est "incompatible avec l'intérêt de Suez et de l'ensemble de ses parties prenantes".

Ils réitèrent aussi leur "plein soutien" à la direction dans la mise en oeuvre d'une accélération du plan Suez 2030, qui prévoit notamment trois à quatre milliards d'euros de "rotation" d'actifs (cessions et acquisitions), ainsi que dans la recherche d'une solution alternative.

Veolia a proposé fin août de racheter l'essentiel de la participation d'Engie dans Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 euros par action, soit un montant de 2,9 milliards d'euros, avant de lancer une offre sur le reste du capital de son rival afin de bâtir avec lui un "grand champion mondial français de la transformation écologique".

Engie a déjà jugé que le prix proposé était trop faible et s'est dit ouvert à l'examen de solutions alternatives qui pourraient être proposées par Suez.

Alors que La Lettre A rapportait que Suez comptait s'allier aux fonds Ardian et Antin Infrastructure Partners pour racheter à Engie sa participation, Suez et Antin n'ont pas souhaité commenter ces informations mais Ardian a fait savoir qu'il discutait à la fois avec Suez et avec Veolia.

"Ardian parle avec toutes les parties mais il n'y a absolument aucune opération concrète en cours de travail qui soit engagée (...), il n'y a aucun accord de signé avec qui que ce soit, ni Suez ni Veolia", a dit une porte-parole d'Ardian, après avoir dans un premier temps déclaré que le fonds n'avait pas été approché.

A la suite de déclarations gouvernementales oscillant entre soutien prudent au projet de Veolia et neutralité, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a pour sa part déclaré sur BFM Business : "L'objectif, c'est vraiment qu'il n'y ait pas de suppressions d'emplois en France et qu'on ait un champion mondial encore plus fort, ce qui serait rendu possible si cette fusion va à son terme."

(Avec Henri-Pierre André et Bertrand Boucey, édité par Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !