Suède : Nouvelle chance lundi pour Andersson d'obtenir le soutien du Parlement

Suède : Nouvelle chance lundi pour Andersson d'obtenir le soutien du Parlement
Suède : Nouvelle chance lundi pour Andersson d'obtenir le soutien du Parlement
Crédit photo © Reuters

STOCKHOLM (Reuters) - Magdalena Andersson, cheffe de file des sociaux-démocrates suédois, pourra tenter lundi d'obtenir la confiance du gouvernement après avoir été contrainte mercredi de démissionner quelques heures après sa désignation au poste de Première ministre.

Magdalena Andersson a quitté mercredi son poste de Première ministre en Suède, moins de 12 heures après sa nomination, en raison de l'effondrement soudain de sa coalition gouvernementale, plongeant le pays dans l'incertitude politique.

"J'ai l'intention de proposer dans le courant de l'après-midi Magdalena Andersson pour le poste de Première ministre de la Suède", a déclaré jeudi Andreas Norlén, le président du Parlement, lors d'une conférence de presse.

Selon le président du "Riksdag", l'effondrement de la coalition qui devait la porter au pouvoir est "incompréhensible" pour la population suédoise et le comportement des partis politiques entretien la défiance des citoyens à l'encontre du Parlement et du système politique dans son ensemble.

Confirmée à ce poste mercredi matin par les parlementaires pour prendre la succession de Stefan Lofven, Magdalena Andersson était devenue la première femme à accéder à la tête du gouvernement en Suède.

Son mandat s'est finalement avéré d'une durée historiquement courte, plombé d'entrée de jeu par une crise politique latente: le Parlement, fragmenté, a approuvé mercredi le projet de loi de finances proposé conjointement par trois partis d'opposition, poussant les Verts à quitter la coalition.

Aucun bloc de centre gauche ou de centre droit n'a été en mesure de s'assurer une majorité parlementaire depuis les dernières élections législatives en 2018.

Stefan Lofven, ancien chef du Parti social-démocrate, avait su et pu garder son poste seulement en négociant en permanence avec le Parti de gauche et le Parti du Centre (centre droit), qui soutenaient au Parlement son gouvernement d'alliance avec les écologistes sans y participer.

A l'issue d'un accord de dernière minute, Magdalena Andersson a obtenu cette semaine le soutien du Parti de gauche mais le Parti du Centre, qui avait annoncé voter en faveur de sa nomination au poste de Premier ministre, a déclaré qu'il voterait contre le projet de loi de finances.

(Reportage Niklas Pollard et Simon Johnson, version française Nicolas Delame, édité par Matthieu Protard)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !