Stabilité en vue en Europe, le pétrole baisse

Stabilité en vue en Europe, le pétrole baisse
Stabilité en vue en Europe, le pétrole baisse
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont attendues sans grand changement jeudi, la baisse des cours du pétrole ne semblant apaiser que partiellement les craintes liées à l'inflation, qui ont de nouveau fait reculer Wall Street et Tokyo.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une quasi-stabilité pour le CAC 40 à Paris comme pour l'EuroStoxx 50, une hausse de 0,12% pour le Dax à Francfort et un repli de 0,1% pour le FTSE 100 à Londres.

L'administration américaine a sollicité plusieurs pays grands consommateurs de pétrole, dont la Chine, l'Inde et le Japon, pour qu'ils puisent dans leurs réserves stratégiques de pétrole dans le cadre d'une démarche coordonnée visant à faire baisser les prix de l'énergie, a-t-on appris de plusieurs personnes au fait de la question.

L'information favorise le repli du prix du baril, au plus bas depuis six semaines. Mais ce mouvement est loin d'être suffisant pour apaiser les inquiétudes lancinantes liées à la hausse générale des prix et aux goulets d'étranglement qui perturbent l'approvisionnement des entreprises et menacent leurs marges bénéficiaires.

La séance à venir s'annonce relativement calme tant du point de vue des publications de résultats que des indicateurs économiques mais les investisseurs surveilleront les chiffres hebdomadaires des demandes d'allocations chômage aux Etats-Unis et l'indice d'activité "Philly Fed" à 13h30 GMT.

Plusieurs responsables de la Réserve fédérale doivent par ailleurs prendre la parole en cours de journée.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en baisse mercredi, en raison des craintes des investisseurs concernant l'inflation et les tensions sur les chaînes d'approvisionnement, alimentées par les résultats des grands groupes de distribution.

L'indice Dow Jones a cédé 0,58%, soit 211,17 points, à 35.931,05, le Standard & Poor's 500 a perdu 12,23 points, soit 0,26%, à 4.688,67 et le Nasdaq Composite a reculé de 52,28 points (-0,33%) à 15.921,57.

Target a cédé 4,7% malgré des résultats supérieurs aux attentes et le relèvement des prévisions, le groupe de supermarchés ayant dit s'attendre à ce que les difficultés d'approvisionnement pèsent sur ses marges.

Visa (-4,7%) a aussi pesé sur le Dow après la décision d'Amazon de cesser d'accepter les paiements par carte de crédit Visa émises au Royaume-Uni en raison de frais jugés excessifs.

Après la clôture, Cisco Systems perdait plus de 6% dans les échanges hors séance, sa prévision de croissance du chiffre d'affaires pour le trimestre en cours étant inférieure au consensus.

EN ASIE

À la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a fini en repli de 0,3% après un bref passage en territoire positif en fin de séance en réaction aux informations du quotidien Nikkei selon lesquelles le plan de relance en préparation inclura des dépenses budgétaires d'environ 55.700 milliards de yens (431 milliards d'euros).

En Chine, le SSE Composite de Shanghai a cédé 0,47% et le CSI 300 0,99% tandis qu'à Hong Kong, le Hang Seng affiche un repli de 1,36% avec le recul de grandes valeurs technologiques, comme Alibaba (-5,10%) ou Meituan (-2,53%), avant la publication de leurs résultats.

Evergrande a chuté de 5,36% après la vente à perte de sa participation dans le groupe de streaming HengTen Network.

CHANGES/TAUX

Le dollar est pratiquement stable face aux autres grandes devises mais l'"indice dollar" (-0,02%), qui mesure ses fluctuations face à un panier de référence, reste proche du plus haut de 16 mois touché mercredi.

L'euro se traite juste au-dessus de 1,13 dollar après être tombé sous ce seuil la veille pour la première fois depuis juillet 2020.

Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain, à 1,5838%, poursuit le repli entamé mercredi, la chute des prix des emprunts d'Etat au cours des séances précédentes, qui l'a porté à 1,65%, ayant déclenché un mouvement d'achats à bon compte.

Les rendements de référence de la zone euro reculent eux aussi dans les premiers échanges, à -0,265% pour le Bund allemand à dix ans et 0,093% pour son équivalent français.

PÉTROLE

Le marché pétrolier amplifie le repli entamé mercredi après l'annonce par la Chine d'un prochain recours à ses réserves stratégiques et les informations de Reuters selon lesquelles Washington a demandé à plusieurs autres grands pays consommateurs une action coordonnée pour faire baisser les cours.

Le Brent abandonne 0,67% à 79,74 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 1,02% à 77,56 dollars.

(Édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !