Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Sévérité demandée après la mort d'un motard de la gendarmerie

Sévérité demandée après la mort d'un motard de la gendarmerie

PARIS (Reuters) - Le gouvernement demande que la plus grande sévérité soit exercée contre le responsable de la mort d'un motard de la gendarmerie renversé par un automobiliste en fuite dans le département de la Creuse.

Le drame s'est produit vendredi soir alors que trois gendarmes de la brigade motorisée de Bourganeuf tentaient de stopper un automobiliste qui n'avait pas payé son essence à une station-service.

L'adjudant-chef Michel Joaquim a été tué et ses deux collègues ont été grièvement blessés lorsqu'ils ont été, selon les autorités, "délibérément percutés par l'automobiliste".

Les services du Premier ministre, François Fillon, les ministères de l'Intérieur et de la Défense ont réagi.

"Comme l'a demandé le président de la République, le gouvernement veillera à ce que la plus grande sévérité soit exercée contre ceux qui, comme l'auteur de cet acte odieux, n'hésitent pas à détruire des vies pour échapper à leurs responsabilités", dit François Fillon dans un communiqué.

Le ministre de la Défense, Hervé Morin, condamne lui aussi un "acte odieux" et Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, condamne "avec la plus grande fermeté ces violences commises contre les forces de l'ordre" et souhaite que l'auteur de ces actes soit "rapidement présenté devant la justice".


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !