Ryanair prêt à attendre que Boeing réduise le prix de ses 737 MAX, dit le directeur général

Ryanair prêt à attendre que Boeing réduise le prix de ses 737 MAX, dit le directeur général
Ryanair prêt à attendre que Boeing réduise le prix de ses 737 MAX, dit le directeur général
Crédit photo © Reuters

ROME (Reuters) - Ryanair est prêt à attendre, des années si nécessaire, que Boeing réduise ses prix avant de passer une nouvelle commande majeure, a déclaré à Reuters Michael O'Leary, le directeur général de la compagnie aérienne, tout en minimisant l'éventualité d'un accord avec Airbus.

La compagnie aérienne à bas coût a annoncé lundi avoir mis fin à ses discussions avec Boeing pour une importante commande de 737 MAX 10 en raison d'un désaccord sur le prix de l'appareil.

"Nous ne perdons pas de temps sur ces discussions MAX 10 et nous ne le ferons pas pendant une période de 2, 4, 6, 8, 10 ans jusqu'à ce que nous arriverons à la prochaine crise", a déclaré Michael O'Leary.

"Les pourparlers peuvent toujours être relancés, mais seulement lorsque Boeing se rendra compte qu'il doit proposer des prix compétitifs", a-t-il souligné.

Ryanair est déja le premier client de Boeing en Europe pour les appareils 737 MAX avec 210 commandes fermes du model MAX 8-200.

La décision de rendre publique les négociations quant aux appareils coûteux intervient après des mois de querelles qui avaient déjà retardé un accord pour le 737 MAX 10, la plus grande version de l'appareil.

Une nouvelle commande importante du transporteur irlandais aurait donné un coup de pouce non négligeable à l'avionneur américain qui tente de rétablir la confiance dans son modèle 737 MAX, immobilisé pendant 20 mois à la suite de deux catastrophes aériennes.

Cela aurait également stimulé la reprise de l'industrie aéronautique, frappée de plein fouet par les restrictions de déplacement liées à la pandémie de COVID-19.

Interrogé sur la possibilité que Ryanair envisage à moyen terme de se rapprocher du rival de Boeing, Airbus , Michael O'Leary a répondu que c'était une éventualité mais que son "plan B" était plutôt d'attendre que les prix du 737 MAX diminuent.

"Il y a toujours une perspective qu'Airbus devienne un fournisseur important. Mais il y a une chance que le chinois COMAC puisse devenir à moyen terme un fournisseur important pour Ryanair", a-t-il déclaré.

(Reportage Gavin Jones et Angelo Amante; version française by Lucinda Langlands-Perry, édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !