»
»
»
Consultation

Rome promet d'indemniser les investisseurs chinois en cas de nationalisation d'Autostrade

Rome promet d'indemniser les investisseurs chinois en cas de nationalisation d'Autostrade
Crédit photo © Reuters

par Giselda Vagnoni et Angelo Amante

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien s'est engagé auprès des actionnaires chinois d'Autostrade à les indemniser s'il décidait de nationaliser le concessionnaire d'autoroutes.

Le fonds chinois Silk Road Fund détient 5% d'Autostrade per l'Italia, contrôlé par Atlantia.

Autostrade est dans la tourmente depuis l'effondrement du pont Morandi à Gênes qui a fait 43 morts le mois dernier. A la suite de la catastrophe, le gouvernement italien a engagé une procédure de retrait des concessions autoroutières d'Autostrade.

Le vice-président du Conseil Luigi Di Maio a estimé le 27 août que la "seule solution" était de nationaliser les autoroutes à péage contrôlées par Autostrade.

Le sous-secrétaire d'Etat à l'Industrie, Michele Geraci, qui revient d'une visite en Chine, a déclaré à Reuters qu'au cours de sa réunion avec Silk Road Fund, l'investisseur chinois l'avait interrogé sur une éventuelle nationalisation d'Autostrade.

"J'ai répondu qu'il y avait une procédure en cours et que les actionnaires recevraient une forme de compensation. Nationaliser ne signifie pas exproprier", a-t-il dit.

Il a expliqué qu'il n'y aurait pas d'action punitive mais une procédure réglementée dans laquelle tous les droits des parties prenantes seraient préservés.

"Nous avons dit à Silk Road Fund qu'il n'y aurait pas d'expropriation", a poursuivi Michele Geraci.

Le gouvernement a déjà entamé une procédure de révocation du contrat de concession d'Autostrade, accusant ce dernier de négligence grave concernant la maintenance du pont.

La procédure devrait durer au moins cinq mois, durant lesquels Autostrade pourra se défendre contre ces accusations.

Autostrade a affirmé avoir respecté les conditions liées à la concession, notamment en matière de vérifications et de contrôles de la sécurité du pont.

A la fin de la procédure, le gouvernement décidera si les conditions sont réunies pour que la concession soit révoquée.

UN INVESTISSEUR CHINOIS POUR ALITALIA ?

En supposant que le gouvernement obtienne gain de cause face à tous les éventuels recours qu'Autostrade pourrait déposer devant la justice, il devrait payer entre 15 et 20 milliards d'euros pour compenser les investissements dans le réseau autoroutier, ont déclaré des experts du secteur à Reuters.

Autostrade, détenu à 88% par Atlantia, lui-même contrôlé par la famille Benetton, exploite environ 3.000 km de routes à péage et représente plus de 60% du chiffre d'affaires de la société mère.

Le titre Atlantia, qui a perdu environ 30% depuis la catastrophe de Gênes, a fini mardi en hausse de 1,36% en Bourse de Milan.

Michele Geraci a par ailleurs déclaré avoir demandé, à l'occasion de son voyage en Chine, à Silk Road Fund, à Air China et à China Eastern Airlines d'envisager une prise de participation pouvant aller jusqu'à 49% dans Alitalia.

La compagnie aérienne italienne, détenue à 49% par Etihad Airways, a été placée sous tutelle en mai 2017 conformément au droit italien des faillites.

En avril, la compagnie allemande Lufthansa et les compagnies à bas coût EasyJet

En juillet, le ministre des Transports Danilo Toninelli a déclaré que 51% du groupe devaient rester aux mains des Italiens, "mais avec un investisseur fort à ses côtés".

Michele Geraci a déclaré que "quiconque achète Alitalia ne devrait pas être un concurrent proche du transporteur italien". "Un investisseur chinois serait un acheteur potentiellement attractif", a-t-il ajouté.

(Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com