Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Rome pourrait se pencher sur les projets de dividendes de Fiat Chrysler

Rome pourrait se pencher sur les projets de dividendes de Fiat Chrysler
Crédit photo © Reuters

par Giuseppe Fonte et Giulio Piovaccari

ROME/MILAN (Reuters) - Les 5,5 milliards d'euros de dividendes que Fiat Chrysler ambitionne de verser à ses actionnaires dans le cadre de sa fusion avec PSA pourraient faire l'objet d'un examen minutieux des autorités italiennes auprès desquelles le constructeur a sollicité une garantie sur un prêt de 6,3 milliards d'euros, a-t-on appris mardi d'une source gouvernementale.

L'hypothèse du versement d'un dividende d'une telle ampleur au moment où la crise sanitaire liée au coronavirus a contraint de nombreuses industries à réclamer un soutien de l'Etat suscite à Rome une vive controverse et alimente les tensions au sein du gouvernement emmené par Giuseppe Conte.

"Dans les discussions avec le groupe, le dividende exceptionnel n'a pas encore été abordé. Mais si vous me demandez si le gouvernement ne posera aucune condition dans un avenir proche, je vous dirais qu'il est trop tôt pour le dire", a dit la source de Reuters.

Fiat Chrysler (FCA) a annoncé la semaine dernière que son versant italien travaillait avec le gouvernement italien afin que ce dernier garantisse à hauteur de 80% un prêt de 6,3 milliards d'euros qui doit lui permettre de surmonter les retombées économiques de la crise sanitaire.

Le recours à l'emprunt ne constitue pas en soi un obstacle au versement du dividende exceptionnel prévu dans l'accord de fusion, d'une part parce qu'il ne doit pas être effectué avant 2021, d'autre part parce qu'il doit l'être par Fiat Chrysler Automobiles NV, une entité néerlandaise.

"La plupart d'entre nous s'opposent au versement du super-dividende de FCA", a toutefois déclaré à Reuters une source haut placée au sein du Mouvement 5 Etoiles (M5S), majoritaire au sein de la coalition gouvernementale.

Mais le ministre de l'Economie Roberto Gualtieri a souligné lundi que la perspective de la fusion de FCA et PSA, potentiel numéro 4 mondial de l'automobile, justifiait un coup de pouce de Rome.

"Ce que le gouvernement a fait et ce qu'il continuera de faire, c'est d'apporter des liquidités afin d'ancrer FCA en Italie", a déclaré le ministre issu du Parti démocrate, membre de la coalition gouvernementale.

FCA et PSA ont annoncé la semaine dernière avoir renoncé à verser des dividendes au titre de l'exercice 2019 "en raison de la pandémie de coronavirus".

(Avec Francesca et Giselda Vagnoni; version française Nicolas Delame)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !