»
»
»
Consultation

Résultats et euro faible soutiennent les Bourses européennes

Résultats et euro faible soutiennent les Bourses européennes
Crédit photo © Reuters

par Blandine Henault

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en hausse modérée vendredi dans la matinée, soutenues par une bonne séance la veille à Wall Street, par de multiples publications de résultats d'entreprises et par la faiblesse de l'euro.

À Paris, l'indice CAC 40 avance de 0,04% à 5 455,63 points vers 08h05 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,67% et à Londres, le FTSE progresse de 0,09%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro s'adjuge 0,15%, le FTSEurofirst 300 prend 0,08% et le Stoxx 600 gagne 0,08%.

La cote européenne est animée par une nouvelle salve de résultats trimestriels. A Paris, SES (11,22%), Capgemini(+4,31%), Amundi (3,76%) et Saint-Gobain (3,41%) se distinguent, alors que Rexel (-8,04%), Renault (-3,76%) et Sanofi (-1,84%) sont sanctionnés.

Lanterne rouge du Stoxx, le fabricant suédois d'appareils électro-ménagers Electrolux chute de -9,46%, après avoir fait état d'un résultat d'exploitation du premier trimestre inférieur aux attentes et prévenu d'un impact plus fort que prévu du renchérissement du coût des matières premières.

A Wall Street, la séance a aussi été chargée jeudi en annonces d'entreprises, avec notamment de bonnes nouvelles sur le segment technologique dont l'indice a pris 2,27%.

Au-delà du bond du titre de Facebook (+9,06%), le secteur a également été porté par la bonne tenue des actions Amazon (+3,96%), Intel (+3,25%) et Microsoft (+2,11%). Les trois géants de la tech devraient encore soutenir la tendance vendredi outre-Atlantique après la publication de résultats trimestriels bien accueillis en après-Bourse.

L'EURO SOUS 1,21 DOLLAR

Les marchés d'actions européens, en passe de signer leur cinquième semaine de hausse consécutive, bénéficient également de la faiblesse de l'euro, en repli de -0,17% face au dollar, à 1,2081.

La devise unique souffre principalement du rebond du billet vert - qui a touché un plus haut depuis la mi-janvier face à un panier de devises de référence - alimenté par la hausse des rendements obligataires et les propos optimistes la veille du conseiller économique de la Maison blanche, Larry Kudlow, sur les négociations à venir avec la Chine sur les questions commerciales.

Le rendement des Treasuries à 10 ans, qui a atteint mercredi 3,035%, redescend autour de 2,9755%. Son équivalent allemand revient à 0,575%, effaçant sa progression sur la semaine après un pic à 0,655%.

La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu jeudi sa politique monétaire accommodante et son président s'est abstenu de tout commentaire sur les évolutions à venir du programme de rachats d'actifs de l'institution qui doit officiellement prendre fin en septembre.

De son côté, la Banque du Japon a maintenu comme attendu le statu quo sur sa politique monétaire vendredi, mais elle a supprimé la mention d'un calendrier pour atteindre son objectif d'inflation à 2%, un changement qui a surpris le marché.

LES PIB DU T1 EN LIGNE DE MIRE

Principal rendez-vous macroéconomique de la journée, la publication, à 12h30 GMT, de la première estimation du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis pour le premier trimestre sera suivie avec attention par les opérateurs de marché.

"Un chiffre du PIB meilleur que prévu pourrait bien alimenter encore le rebond actuel du dollar et pousser les rendements des emprunts d'Etat américains au-delà de leurs niveaux déjà élevés", prévient Michael Hewson, chez CMC Markets.

Le chiffre du PIB pour la zone euro est quant à lui attendu mercredi dans un contexte d'interrogations sur la vigueur de l'activité dans la région après le ralentissement observé sur les indices PMI.

Mais les investisseurs ont déjà pris connaissance vendredi des chiffres pour la France et l'Espagne : dans l'Hexagone, la croissance de l'économie a ralenti plus que prévu au premier trimestre, tombant à 0,3%, tandis qu'elle est ressortie à 0,7% en Espagne, conformément aux attentes.

Les données pour le Royaume-Uni sont attendues à 8h30 GMT.

"Les résultats de premier trimestre ne sont-ils qu'une contre-performance ou marquent-ils le début d'une inflexion ? On parie sur la première hypothèse, mais on veut en être certain", indique Hervé Goulletquer, chez LBPAM.

(Édité par Benoît Van Overstraeten)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com