Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Repli des actions avec la crainte d'une deuxième vague épidémique

Repli des actions avec la crainte d'une deuxième vague épidémique
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes cèdent du terrain en début de séance jeudi, l'espoir d'une reprise économique soutenue qui avait animé le début de semaine butant sur l'augmentation du nombre de cas d'infection par le coronavirus aux Etats-Unis comme en Chine.

À Paris, le CAC 40 perd 0,4% à 4.976,04 points vers 08h00 GMT. A Londres, le FTSE 100 cède 0,53% et à Francfort, le Dax recule de 0,02%.

L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,19%, le FTSEurofirst 300 de 0,47% et le Stoxx 600 de 0,28%.

Le bilan quotidien des cas d'infection a inscrit un nouveau record mercredi en Californie et au Texas, les deux Etats américains les plus peuplés. Plusieurs autres Etats, dont l'Oklahoma, où le président Donald Trump doit tenir samedi un grand meeting, ont aussi publié des chiffres en hausse.

En Chine, les autorités ont fait état de 21 nouveaux cas d'infection à Pékin pour la journée de mercredi, portant à 158 le bilan des sept derniers jours.

A ces craintes d'une reprise de l'épidémie dans les deux premières économies mondiales, qui risqueraient de compromettre la reprise de l'économie, s'ajoute un regain de tension diplomatique entre Washington et Pékin, sur Hong Kong et le Xinjiang entre autres.

La séance sera animée entre autres par les résultats des nouvelles opérations de refinancement à plus long terme ciblées (TLTRO) de la Banque centrale européenne et par les décisions de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, qui pourraient inclure une augmentation de ses achats de titres sur les marchés.

Suivront les chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage et l'indice d'activité "Philly Fed" aux Etats-Unis.

VALEURS

Les plus fortes baisses sectorielles du début de séance sont pour les compartiments les plus exposés aux risques d'une reprise moins soutenue qu'anticipé: l'indice Stoxx de l'énergie abandonne 0,7%, celui des matières premières (-0,67%), celui de l'immobilier (-0,59%).

A Paris, les replis les plus marqués du CAC 40 sont pour ArcelorMittal, qui cède 2,43%, Airbus (-2,34%) et Safran (-2,05%).

A la hausse, Fnac Darty gagne 1,5% après avoir fait état d'un bon de ses ventes en ligne en avril et d'un rebond des ventes en magasins en mai tandis que Zalando s'adjuge 5,38% après avoir dit tabler pour le deuxième trimestre sur des résultats supérieurs aux attentes.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a fini en baisse de 0,45%, freinée par les craintes liées à la pandémie et par la hausse du yen face au dollar.

La journée a été plus favorable aux marchés chinois, qui ont profité des propos du gouverneur de la Banque populaire de Chine assurant qu'elle maintiendrait une liquidité abondante sur les marchés financiers au second semestre.

L'indice CSI 300 des principales capitalisations de Chine continentale a gagné 0,67% et le SSE Composite de Shanghai 0,12%.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices américains préfigurent un repli au lendemain d'une clôture en ordre dispersé, l'annonce d'une nouvelle hausse des contaminations au coronavirus dans six Etats américains ayant nourri le doute sur la reprise économique.

L'indice Dow Jones a cédé 0,65% à 26.119,61 points; le S&P-500 a perdu 0,36%, à 3.113,41 points tandis que le Nasdaq Composite a avancé de 0,15% à 9.910,53 points.

TAUX

Les rendements des emprunts d'Etat de référence de la zone euro varient peu dans l'attente des résultats des TLTRO de la BCE, susceptibles d'influencer l'évolution du marché obligataire de la région.

Les économistes et analystes interrogés par Reuters tablent sur une demande des banques d'environ 1.400 milliards d'euros pour les prêts à long terme dont le taux d'intérêt pouvant atteindre -1%. Une partie de ces liquidités étant appelée à être investie sur le marché obligataire, une demande supérieure au consensus pourrait favoriser la baisse des rendements.

Celui du Bund allemand à dix ans est pratiquement inchangé à -0,426%.

Son équivalent américain cède un peu moins de deux points de base à 0,7167%.

CHANGES

Les inquiétudes suscitées par les derniers chiffres de l'épidémie en Chine et aux Etats-Unis favorisent les devises jugées les plus sûres, à commencer par le yen, qui s'apprécie face au dollar et à l'euro.

La monnaie unique est en revanche quasi stable contre le billet vert à 1,1242 après deux séances de baisse.

PÉTROLE

Le marché pétrolier réduit ses pertes après un début de journée en net repli face aux craintes d'une résurgence de l'épidémie en Chine comme aux Etats-Unis.

Le Brent est pratiquement stable à 40,72 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 0,42% à 37,80 dollars alors que l'un et l'autre perdaient environ 2% dans les échanges en Asie.

(Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !