Rencontre entre le chef de l'AIEA et les Russes sur la sécurité de la centrale de Zaporijjia

Rencontre entre le chef de l'AIEA et les Russes sur la sécurité de la centrale de Zaporijjia
Rencontre entre le chef de l'AIEA et les Russes sur la sécurité de la centrale de Zaporijjia
Crédit photo © Reuters

BERLIN (Reuters) - L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé que son directeur général, Rafael Grossi, a rencontré une délégation russe mercredi en Turquie pour discuter de la sécurité de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia.

La plus grande centrale nucléaire d'Europe, tombée sous le contrôle de la Russie début mars, peu après le début de la guerre en Ukraine, a été prise pour cible par des tirs d'artillerie le week-end dernier, ce qui a conduit l'AIEA à renouveler ses appels pour la création d'une zone de protection autour du site.

Au cours des derniers mois, Moscou et Kiev se sont mutuellement accusés d'être à l'origine de bombardements sur la centrale.

"Le directeur général de l'AIEA, Rafael Grossi, a rencontré aujourd'hui (mercredi, NDLR) à Istanbul une délégation russe dirigée par le directeur général de Rosatom, Alexey Likhachev, pour des consultations sur les aspects opérationnels liés à la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine et sur la création urgente d'une zone de protection de la sûreté et de la sécurité nucléaires", a écrit l'AIEA sur Twitter.

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné le mois dernier à une filiale de Rosatom, l'agence de l'énergie atomique russe, de saisir des actifs de la centrale et de muter le personnel ukrainien vers une nouvelle entité juridique russe.

Dans un communiqué cité par les agences de presse russes, Rosatom a déclaré que la réunion à Istanbul avait pour objectif de "garantir la sécurité de la centrale".

"La réponse rapide de l'AIEA au bombardement massif de la centrale le 20 novembre a été notée. Les parties sont convenues de poursuivre leur coopération", a-t-il ajouté.

La centrale de Zaporijjia assurait environ un cinquième de l'électricité ukrainienne avant l'invasion russe et a dû à plusieurs reprises recourir à des générateurs de secours depuis le début de la guerre

(Paul Carrel, version française Laetitia Volga, édité par Kate Entringer)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !