»
»
»
Consultation

Production industrielle et exportations reculent en Allemagne

Production industrielle et exportations reculent en Allemagne
Crédit photo © Reuters

par Joseph Nasr

BERLIN (Reuters) - La production industrielle a fléchi et les exportations ont fléchi en avril, nouveaux signes attestant que la première économie d'Europe a abordé le deuxième trimestre du mauvais pied.

La production a reculé de 1,0%, selon les statistiques publiées vendredi par le ministère de l'Economie, alors que le consensus Reuters prévoyait une croissance de 0,3%.

Par ailleurs, au vu des chiffres publiés vendredi par l'Office fédéral de la statistique, les exportations ont diminué de 0,3% CVS en avril d'un mois sur l'autre, tandis que les importations ont augmenté de 2,2%.

Une baisse de 0,15% était projetée pour les exportations et une hausse de 0,6% pour les importations.

L'excédent commercial de l'Allemagne ajusté des variations saisonnières est ressorti à 19,4 milliards d'euros en avril contre 21,6 milliards d'euros (chiffre révisé) le mois précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un excédent de 21,0 milliards d'euros.

Les commandes à l'industrie, parues jeudi, ont pour leur part ont diminué de manière inattendue, comme la production industrielle, affichant une contraction de 2,5%.

"L'économie allemande ne fera que des progrès timides au deuxième trimestre", écrit Thomas Gitzel, chef économiste de VP Bank. "Des commandes industrielles et des exportations faibles et une production industrielle décevante constituent un revers cinglant", souligne-t-il.

La production industrielle, les commandes et les exportations sont en repli sur trois des quatre premiers mois de l'année. Cette faiblesse avait jusqu'à présent été attribuée essentiellement au calendrier des vacances, à une météo glaciale et à des épidémies de grippe.

DES PRÉOCCUPATIONS PLUS PROFONDES?

Mais les économistes commencent à envisager des facteurs plus profonds.

Sophia Krietenbrink, analyste de la fédération DIHK des chambres de commerce et d'industrie, estime par exemple que les inquiétudes liées au protectionnisme sont sources d'incertitude pour les entreprises allemandes.

"Il semble que les contraintes de capacités freinent de plus en plus les perspectives de croissance de l'Allemagne", fait écho Carsten Brzeski d'ING Diba.

"Aussi bien l'investissement que l'emploi sont actuellement à leur plus haut niveau jamais atteint et constituent des facteurs limitants pour la production. Dans ce contexte, un renforcement des investissements semble être la meilleure manière et la plus facile pour aller de l'avant".

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com