»
»
»
Consultation

Première naissance à la suite d'une greffe de l'utérus d'une donneuse morte

Première naissance à la suite d'une greffe de l'utérus d'une donneuse morte
Crédit photo © Reuters

LONDRES (Reuters) - Une femme greffée de l'utérus d'une donneuse décédée a donné naissance à un bébé au Brésil, une première mondiale, rapportent le journal médical The Lancet et une membre de l'équipe de chirurgiens à l'origine de la transplantation à l'hôpital universitaire de Sao Paulo.

Le bébé, une petite fille, est née par césarienne le 15 décembre 2017 dans la 36e semaine gestationnelle. Elle pesait 2,55 kg à la naissance, un poids normal à son stade de développement, précise le Lancet.

Dix précédentes tentatives connues de transplantation utérine d'une donneuse morte - aux Etats-Unis, en République tchèque et en Turquie - n'avaient pas permis d'aboutir à une naissance.

Le Dr Dani Ejzenberg, qui a dirigé la recherche, a déclaré que ce cas démontrait la faisabilité de la technique et pourrait permettre d'élargir le champ des donneuses.

Elle a précisé que la transplantation avait été réalisée en septembre 2016. La femme qui a accouché, née sans utérus en raison d'une malformation congénitale, était âgée de 32 ans au moment de la transplantation. La donneuse, qui était âgée de 45 ans, avait succombé à une crise cardiaque.

"Le nombre de personnes disposées à faire des dons d'organes après leur mort est nettement plus important que celui des donneuses vivantes", a souligné le Dr Ejzenberg dans un communiqué.

Les effets et les résultats de ce type de greffe doivent cependant encore être comparés avec ceux d'une greffe plus classique, a-t-elle ajouté, lorsqu'une femme accepte de son vivant de faire don de son utérus.

La première naissance consécutive à une transplantation utérine a eu lieu en Suède en 2013. Depuis, 39 procédures de ce type ont été rapportées au total, pour 11 naissances.

Pour une femme transplantée de l'utérus, l'unique moyen de tomber enceinte est par fécondation in vitro puisque les ovaires ne sont pas rattachés à l'utérus.

(Kate Kelland; Jean Terzian pour le service français, édité par Henri-Pierre André)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com