»
»
»
Consultation

Philippe Bas s'apprête à relancer les auditions dans l'affaire Benalla

Philippe Bas s'apprête à relancer les auditions dans l'affaire Benalla
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le président de la commission des Lois du Sénat, Philippe Bas, assure que la chambre haute poursuivra sa mission de contrôle et les auditions de l'enquête sur l'affaire Benalla, face à des explications officielles jugées "fragiles".

A quelques jours de la reprise des auditions, le sénateur Les Républicains (LR) Philippe Bas réitère la possibilité d'entendre Alexandre Benalla, ex-chargé de mission de l'Elysée accusé de violence en marge du 1er-Mai à Paris, à l'origine d'une affaire au retentissement inédit dans le quinquennat.

"Si nous l'entendons, comme il semble le souhaiter, nous ne devrons lui poser aucune question relevant des faits qui lui sont reprochés", prévient-il dans un entretien accordé au Figaro. "Mais il peut contribuer à nous éclairer sur ses fonctions."

Revenant sur la vingtaine d'auditions menées cet été, quand la commission avait notamment convoqué le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler mais aussi les responsables de la préfecture de police de Paris, Philippe Bas évoque la possibilité de réponses "concertées".

"Les personnes auditionnées se sont montrées respectueuses de notre mission, même s'il n'est pas exclu qu'un certain nombre de réponses faites aient été concertées", dit-il. "En tout cas, la thèse officielle d'un employé qui se consacrait uniquement à une fonction d'organisation sans prendre part à la protection du président nous paraît pour le moins fragile".

"Par ailleurs, si nous avons reçu une majorité des documents internes demandés, nous n'avons toujours pas la fiche de poste et le salaire de M. Benalla. La transparence ne saurait être à géométrie variable !", poursuit-il.

Un autre point, la sanction initialement infligée par l'Elysée par Alexandre Benalla (une suspension de quinze jours), sera également au centre des interrogations des sénateurs.

"Nous avons du mal à comprendre comment on a pu conserver dans l'équipe de l'Élysée un collaborateur qui avait manqué à ses devoirs. Ce qui frappe, ce n'est pas la sanction infligée en mai, c'est la confiance maintenue", estime Philippe Bas.

"Nous redémarrerons nos auditions la semaine prochaine", précise-t-il. Pour l'heure, le premier événement sur le calendrier de la Commission des Lois, dotée des pouvoirs d'une commission d'enquête pour une durée de six mois, est fixé à mercredi prochain.

(Julie Carriat, édité par Nicolas Delame)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com