Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Pénalisé par Gucci, Kering fait moins bien que prévu au quatrième trimestre et chute en Bourse

Pénalisé par Gucci, Kering fait moins bien que prévu au quatrième trimestre et chute en Bourse
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Kering a fait état mercredi d'un recul inattendu de ses ventes au quatrième trimestre, alors que sa principale division Gucci, habituel moteur de sa performance, rencontre toujours des difficultés dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

La publication du groupe de luxe est lourdement sanctionnée à la Bourse de Paris avec une chute du titre Kering de 8,08% à 519,6 euros à 9h40, de loin la plus forte baisse du CAC 40.

Le chiffre d'affaires de Kering a baissé de 5% à données comparables sur les trois derniers mois de 2020, à 4 milliards d'euros. Ce repli est plus marqué que celui observé au troisième trimestre (-1,2%) et contraste avec la hausse de 1% attendue par les analystes d'UBS.

À l'instar de ses concurrents LVMH, Hermès ou Moncler, Kering a été sévèrement pénalisé par les fermetures de boutiques ordonnées à travers le monde pour freiner la propagation du nouveau coronavirus.

Mais là où ses rivaux ont pu profiter du rebond de la demande en Asie, à l'instar de la marque Louis Vuitton de LVMH, Kering a souffert des difficultés de Gucci, qui compte pour 60% de son chiffre d'affaires.

Les ventes de Gucci, pénalisées par l'interruption des flux touristiques avec la pandémie, ont reculé de 10,3% au quatrième trimestre, là où le consensus attendait un repli limité à 4%.

Lors d'une conférence téléphonique, le directeur financier de Kering, Jean-Marc Duplaix, a indiqué que la marque allait lancer de nombreuses initiatives pour renouer avec la croissance en 2021, qui marquera son centième anniversaire.

TENDANCES ENCOURAGEANTES

Lors des premières semaines de l'année, les tendances d'activité en Chine et en Asie ainsi qu'aux Etats-Unis sont restées encourageantes, a ajouté Jean-Marc Duplaix, mais la situation est plus difficile en Europe où de nombreuses restrictions sanitaires restent en place.

Kering, qui versera un dividende stable de 8 euros par action au titre de 2020, n'a pas donné de prévisions chiffrées pour l'exercice 2021.

Le groupe s'est néanmoins dit confiant dans son potentiel de croissance à moyen et long termes en dépit des incertitudes actuelles encore nombreuses.

Pour l'ensemble de 2020, le chiffre d'affaires de Kering accuse un repli de 16,4% en données comparables, à 13,1 milliards d'euros.

Le résultat opérationnel courant recule de 34,4%, à 3,13 milliards d'euros, faisant ressortir une marge opérationnelle courante de 23,9% contre 30,1% en 2019.

(Blandine Hénault, avec Silvia Aloisi et Sarah White, édité par Bertrand Boucey)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !