»
»
»
Consultation

Pas de comportement déviant sur les lycéens de Mantes-la-Jolie, selon l'IGPN

Pas de comportement déviant sur les lycéens de Mantes-la-Jolie, selon l'IGPN
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - L'enquête administrative ouverte à la suite de l'interpellation de 151 jeunes, dont beaucoup de lycéens de Mantes-la-Jolie (Yvelines), en décembre dernier n'a mis au jour aucun "comportement déviant" de la part des policiers, a déclaré jeudi la directrice de la police des polices.

Les vidéos de ces dizaines d'adolescents, à genoux et mains derrière la nuque ou menottées dans le dos, le tout sous la surveillance de policiers casqués et en tenue anti-émeute, avaient suscité de nombreuses réactions indignées.

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, avait lui-même parlé d'images "choquantes" tout en justifiant l'action de la police.

"Les choix qui ont été faits par les services de police du 78 ont été confirmés par nous puisque l'enquête administrative a permis d'établir qu'il n'y avait pas de fautes sur la façon dont l'enquête a été traitée", a déclaré Brigitte Jullien lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Il n'y a pas eu, non plus, de "de comportements déviants de la part des policiers, qui se sont comportés, à l'égard de la procédure, sur les lycéens qui ont été interpellés", a ajouté la directrice de l'Inspection générale de la police (IGPN).

Brigitte Jullien a par ailleurs souligné le "contexte qui était très, très violent à l'époque".

Les adolescents avaient été interpellées lors des manifestations de lycéens qui ont éclaté début décembre sur fond de contestation des "Gilets jaunes".

La police des polices est également saisie d'une enquête judiciaire, toujours en cours.

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com