»
»
»
Consultation

Pas d'excuses du gouvernement pour les propos de Manuel Valls

Pas d'excuses du gouvernement pour les propos de Manuel Valls
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le gouvernement ne présentera pas d'excuses pour les propos de Manuel Valls sur le député UMP Claude Goasguen, dont il a évoqué devant l'Assemblée nationale les proximités anciennes avec l'extrême droite, a déclaré mercredi le ministre des relations avec le Parlement Alain Vidalies.

Le groupe UMP de l'Assemblée nationale a menacé mardi de boycotter la séance de questions au gouvernement de ce mercredi faute d'excuses du ministre de l'Intérieur.

Mardi, répondant à une question de l'UMP Yannick Moreau sur les violences de samedi dernier à Nantes, comparées à celles de Kiev en Ukraine, Manuel Valls s'est brièvement adressé au député UMP Claude Goasguen qui l'apostrophait.

"M. Goasguen, vous venez, vous, de l'extrême droite", a-t-il lancé, provoquant des remous sur les bancs de l'UMP, dont plusieurs membres ont quitté l'hémicycle.

"Evidemment que le gouvernement n'a pas l'intention de s'excuser", a déclaré à la sortie du conseil des ministres Alain Vidalies, ministre chargé des relations avec le Parlement.

"J'espère que l'UMP reviendra à la sagesse", a-t-il ajouté, qualifiant de "déplorable" sa décision de boycotter la séance des questions au gouvernement.

Manuel Valls avait auparavant appelé la droite à se montrer "responsable" et à ne pas polémiquer "de manière inutile".

"La critique, elle est logique, mais il ne faut pas utiliser tous les sujets pour polémiquer de manière inutile", a-t-il déclaré sur BFM TV.

"DE LA NERVOSITÉ DANS L'AIR"

Pour le sénateur UMP Jean-Pierre Raffarin, les propos prononcés mardi par Manuel Valls dans l'hémicycle sont le signe qu'il y a "de la nervosité dans l'air".

"Aller chercher ce type d'argument, ça veut dire qu'on n'en a pas d'autre et c'est bien faible, ce gouvernement est faible, il est à bout de souffle", a-t-il dit mercredi sur France Inter. "Je crois que par cette brutalité, (Manuel Valls) a raté la marche de Matignon."

Le député UMP Laurent Wauquiez s'est quant à lui dit déçu par le ministre.

"C'était quelqu'un pour lequel j'avais une certaine estime, je pensais que c'était un grand républicain, je trouve que c'est un petit monsieur qui fait des petites polémiques", a-t-il déclaré sur France 2.

Christian Jacob, le "patron" des députés UMP, a accusé mardi soir le ministre de l'Intérieur d'avoir "proféré des insultes inacceptables à l'égard des députés UMP".

Claude Goasguen a démenti avoir été membre dans les années 1960-70 du mouvement d'extrême droite Occident. Il a précisé avoir appartenu à l'association Corpo de la faculté parisienne d'Assas et avoir été un partisan de l'Algérie française.

Pour Alain Vidalies, l'outrance est plutôt du côté de la question qui a été posée à Manuel Valls, dans laquelle un député de l'opposition comparait les violences à Nantes aux événements qui ont agité ces dernières semaines la capitale ukrainienne.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2019 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com