»
»
»
Consultation

Parly veut rassurer les USA sur l'Initiative européenne de Défense

Parly veut rassurer les USA sur l'Initiative européenne de Défense
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La ministre française des Armées s'est employée lundi à rassurer les Américains sur les ambitions sécuritaires des Européens en assurant que la future "Initiative européenne d'intervention" ne poserait en rien une menace pour l'Otan.

La France et neuf de ses partenaires européens (Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Espagne...) lanceront en juin l'IEI, qui se veut une approche novatrice de la Défense européenne, jusqu'ici étique, hors des dispositifs existants de l'UE et indépendamment de la force de frappe américaine.

Cette "autonomie stratégique" qu'Emmanuel Macron avait appelée de ses voeux en septembre 2017, lors de son discours de la Sorbonne sur la refonte de l'Europe, "ne menace ni l'Union européenne, ni l'Otan", a souligné Florence Parly lors d'une intervention devant le Conseil européen des relations internationales (ECFR), à Paris.

"L'IEI est une initiative pragmatique, totalement axée sur les opérations, pas les capacités", a ajouté la ministre, qui s'exprimait en anglais, assurant qu'elle serait "pleinement complémentaire" de la Coopération structurée permanente (CSP) et pourrait même "se traduire en projets" intra-CSP.

L'accord pour une Coopération structurée permanente dans les domaines de la sécurité et de la Défense a été signé en décembre dernier par 25 pays membres de l'UE en vue de développer conjointement des capacités de défense et d'investir dans des projets communs.

La Maison blanche craint que ce réveil de la Défense européenne ne prive l'Otan de ressources et n'entrave ses propres visées industrielles.

"A terme, [l'IEI] débouchera sur une culture stratégique commune sur la manière d'anticiper et de réagir à une crise. De ce point de vue, elle profitera aussi à l'Union européenne et à l'Otan", a plaidé Florence Parly.

L'ambition de la France est de doter les Européens d'une capacité d'action et de prévention pour des conflits mais aussi des crises humanitaires ou environnementales, en mutualisant la planification militaire, le soutien aux opérations, l'anticipation et le renseignement.

L'UE compte déjà des groupements tactiques (GTUE), qui doivent théoriquement pouvoir être déployés dans un délai de 10 jours pour une période allant de 30 à 120 jours, mais ils n'ont jamais été utilisés.

"Nous avons besoin d'un nombre limité d'Etats motivés et capables. Car ces interventions nécessiteront de la flexibilité et de la réactivité, nous devons penser et agir hors des cadres institutionnels traditionnels, hors de nos schémas habituels", a dit la ministre française. "La CSP est un point de départ, un point bon point de départ, mais nous devons aller plus loin".

"Je sais que l'IEI a suscité, comment dire, de la perplexité ici et là. Je n'ai qu'une seule réponse : N'ayez pas peur", a-t-elle insisté.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com