Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Paris confirme sa pleine intégration dans l'OTAN

Paris confirme sa pleine intégration dans l'OTAN
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le Parlement a confirmé jeudi l'intégration de Paris dans tous les organes de l'Otan en ratifiant le protocole sur le statut des quartiers généraux internationaux, ce qui selon les opposants entraînera l'installation de bases étrangères en France.

Les groupes PS, UDI, Radicaux de gauche et une petite partie de celui des Républicains (LR) ont voté pour ce projet de loi alors que le groupe Front de gauche et plusieurs élus de droite et du centre ont voté contre.

Ce protocole qui date de 1952 définit le statut des quartiers généraux militaires de l'Alliance atlantique et plus particulièrement des personnels civils et militaires.

Il avait été ratifié par la France en 1955 mais dénoncé en 1966 quand le général de Gaulle avait décidé du retrait de la France du commandement intégré de l'Otan.

Mais Nicolas Sarkozy avait décidé en 2009 de la réintégration de la France dans la structure de commandement de l'OTAN, concrétisant ainsi le rapprochement engagé dans les années 1990 par François Mitterrand et Jacques Chirac.

Le gouvernement assure que la signature de ce protocole est la suite logique et qu'il permettra de proposer "un cadre attractif et cohérent à nos partenaires pour l'accueil de leurs personnels au sein de certaines structures militaires françaises".

Mais pour Bernard Debré (Les Républicains), cette ratification va permettre l'installation de bases militaires étrangères sur le territoire.

"La ratification de ce protocole n'est pas une simple formalité", a-t-il estimé.

Selon un rapport de la commission de la Défense de l'Assemblée, la ratification du "protocole de Paris" pourrait concerner quatre sites en France : les quartiers généraux des corps de réaction rapide de Strasbourg, de Lille et de Toulon ainsi que le Centre d'analyse et de simulation pour la préparation aux opérations aériennes (CASPOA) installé à Lyon.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !