»
»
»
Consultation

Parcoursup "avance très bien", assure le gouvernement

Parcoursup "avance très bien", assure le gouvernement
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - La procédure d'admission dans l'enseignement supérieur, "Parcoursup", "avance très bien" même si quelque 200.000 candidats sont encore sans affectation à dix jours du début des épreuves du baccalauréat, a déclaré vendredi son responsable au ministère de l'Education nationale.

Le gouvernement a ouvert le 22 mai cette nouvelle plateforme d'admission post-bac qui remplace l'ancien système APB, très critiqué, qui avait abouti in fine à un tirage au sort.

Au total, 1,8 million de propositions ont été envoyées aux candidats selon un système progressif où les listes d'attente sont réactualisées tous les matins pour prendre en compte les désistements des candidats ayant opté pour une filière.

D'abord favorablement accueillie, cette procédure a suscité inquiétudes et interrogations, abondamment relayées sur les réseaux sociaux, chez les candidats qui n'ont toujours pas reçu de proposition d'affectation à l'approche du baccalauréat, qui débute le 18 juin.

L'objectif du gouvernement était que deux tiers des 810.000 inscrits - lycéens et étudiants en réorientation - disposent d'une proposition avant le bac.

"Aujourd'hui, le 8 juin, 615.000 candidats ont reçu une proposition, c'est 76%, donc on a dépassé les estimations, ça avance", a déclaré sur Europe 1 Jérôme Teillard, responsable de Parcoursup au ministère de l'Education nationale. "Ça avance très bien".

"Il faut être confiant dans le système", a-t-il poursuivi, concédant toutefois "une partie d'angoisse".

"En faisant des choix, [les candidats] vont libérer de nouvelles propositions qui vont être de nouvelles propositions pour de nouveaux candidats", a-t-il expliqué.

Les candidats peuvent garder un voeu en attente jusqu'au 5 septembre.

"A partir du 26 juin, on ouvre une phase complémentaire qui permet de faire de nouveaux voeux sur des places restées vacantes. Il y aura les résultats du baccalauréat où mécaniquement un certain nombre de candidats vont être désinscrits puisqu'ils n'auront pas le bac", a dit Jérôme Teillard.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com