»
»
»
Consultation

Ouverture d'un synode sur la jeunesse, sur fond de scandales sexuels

Ouverture d'un synode sur la jeunesse, sur fond de scandales sexuels
Crédit photo © Reuters

par Philip Pullella

CITE DU VATICAN (Reuters) - Le pape François a inauguré mercredi au Vatican la 15e Assemblée du synode des évêques, consacrée à la jeunesse, dans le contexte pesant des nombreux scandales d'abus sexuels sur mineurs qui ébranlent l'Eglise catholique.

Plus de 250 évêques du monde entier participent à cette assemblée délibérative sur "les jeunes, la foi et le discernement vocationnel" qui s'étendra sur près d'un mois, jusqu'au 28 octobre.

Une quarantaine de jeunes y assistent comme observateurs.

L'archevêque de Philadelphie, Charles Chaput, a réclamé l'annulation du synode afin que le Vatican puisse consacrer ses efforts à la préparation d'une autre réunion des évêques en février prochain sur la prévention des abus sexuels.

L'assemblée est également boycottée par l'évêque des Pays-Bas Robert Mutsaerts, qui a estimé qu'elle manquait de crédibilité. Le cardinal américain Joseph Tobin, archevêque de Newark, dans le New Jersey, a quant à lui fait savoir qu'il ne pourrait y assister car il doit s'occuper des conséquences d'un scandale de pédophilie dans son propre diocèse.

Dans sa messe d'ouverture célébrée place Saint-Pierre devant plusieurs dizaines de milliers de fidèles, le pape a dit espérer que la foi des jeunes dans l'Eglise ne serait pas éteinte par "nos failles, nos erreurs et nos pêchés".

François a également souhaité que le synode soit nourri d'espoir, qu'il puisse "élargir nos horizons, ouvrir nos coeurs et transformer ces schémas de pensée qui paralysent, séparent et nous éloignent aujourd'hui de la jeunesse".

L'Eglise est engluée dans de nombreux scandales de pédophilie qui ont éclaté ces derniers mois dans des pays comme le Chili, l'Allemagne, les Etats-Unis et l'Australie.

Le synode survient au lendemain de la publication d'un sondage du Pew Research Center montrant que la confiance dans la capacité du pape à faire face à cette crise a chuté parmi les catholiques américains.

Même si sept catholiques américains sur dix continuent d'avoir une bonne opinion du pape, six sur dix estiment que François ne gère le scandale que moyennement ou médiocrement, soit près de deux fois plus qu'en début d'année.

Pendant son homélie, le pape a salué, sous les applaudissements, la présence au synode de deux évêques chinois, une première depuis l'accord conclu par le Vatican et la Chine le mois dernier sur la nomination des évêques.

(Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com