Nouvelle tentative d'évacuation de civils de Marioupol, Kyiv en appelle à MSF

Nouvelle tentative d'évacuation de civils de Marioupol, Kyiv en appelle à MSF
Nouvelle tentative d'évacuation de civils de Marioupol, Kyiv en appelle à MSF
Crédit photo © Reuters

par Pavel Polityuk

KYIV (Reuters) - L'Ukraine a annoncé vendredi le début d'une nouvelle évacuation de civils piégés sur le site sidérurgique géant d'Azovstal à Marioupol, après l'échec la veille d'une première tentative de leur faire quitter cette poche de résistance ukrainienne contre laquelle les troupes russes poursuivent leur offensive.

La ville portuaire du sud de l'Ukraine, d'importance stratégique pour Kyiv comme pour Moscou, est l'un des champs de bataille les plus sanglants de la guerre et l'usine d'Azovstal, construite sur des dizaines d'hectares pendant l'ère soviétique, est le dernier bastion des combattants ukrainiens.

Les Nations unies ont commencé le week-end dernier à évacuer une partie des centaines de civils réfugiés dans le réseau de tunnels et d'abris du site, mais ces opérations ont été interrompues par la reprise de combats.

"Une nouvelle étape de sauvetage de nos compatriotes d'Azovstal est en cours en ce moment. Des informations sur les résultats de cette opération seront fournies plus tard", a déclaré Andri Yermak, chef des services de la présidence ukrainienne, sans plus de précision.

Les autorités de Marioupol ont ensuite accusé les troupes russes d'avoir violé un cessez-le-feu à Azovstal en tirant sur une voiture participant à une évacuation, évoquant un bilan d'un mort et six blessés parmi les combattants ukrainiens. La Russie n'a pas réagi dans l'immédiat à ces déclarations.

Moscou, qui continue de parler d'"opération militaire spéciale" à propos de l'invasion de l'Ukraine lancée le 24 février, a réorienté ces dernières semaines son offensive sur l'est et le sud du pays faute d'être parvenue à prendre Kyiv, la capitale.

Le nouveau front vise à limiter l'accès de l'Ukraine à la mer Noire, vital pour ses exportations de céréales et de métaux, et à relier les territoires occupés de l'est et la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014.

KYIV DEMANDE L'AIDE DE MÉDECINS SANS FRONTIÈRES

L'état-major ukrainien a déclaré vendredi que les forces russes poursuivaient leurs "tentatives de prendre totalement les régions de Donetsk et Louhansk", fiefs des séparatistes prorusses depuis huit ans.

Le ministère russe de la Défense a annoncé avoir détruit un important dépôt de munitions à Kramatorsk, dans l'est de l'Ukraine, grâce à un tir de missile et ajouté que sa défense aérienne avait abattu deux avions de combat ukrainiens dans la région de Louhansk.

La véracité des informations des deux camps sur les combats n'a pas pu être vérifiée de source indépendante.

À Marioupol, l'état-major ukrainien a déclaré que les tentatives russes de prise de contrôle du site d'Azovstal avaient repris et bénéficiaient d'un appui aérien.

On estime que 200 civils restent piégés sous terre dans la zone des combats, avec un accès limité à l'eau et à la nourriture.

Le ministère ukrainien pour la Réintégration des territoires temporairement occupés a sollicité l'aide de Médecins sans frontières (MSF) pour évaluer l'état de santé physique et mentale des combattants ukrainiens présents sur le site, recueillir des preuves des conditions auxquelles ils sont confrontés et fournir une aide médicale aux "Ukrainiens dont les droits humains ont été violés par la Fédération de Russie".

De son côté, Amnesty International a annoncé avoir rassemblé des preuves de crimes de guerre commis par les troupes russes en Ukraine, parmi lesquels des exécutions extra-judiciaires et des cas de torture de civils.

Ces informations "pourront être utilisées, espérons-le, pour que les auteurs soient contraints de rendre des comptes, sinon aujourd'hui, un jour à l'avenir", a dit Donatella Rovera, conseillère d'Amnesty, lors d'une conférence de presse à Kyiv.

L'UE RETOUCHE SON PROJET DE NOUVEAU TRAIN DE SANCTIONS

Le président russe, Vladimir Poutine, a assuré que son armée était disposée à permettre la mise en sécurité des civils de Marioupol mais il a aussi appelé une nouvelle fois les forces ukrainiennes à rendre les armes.

Le Kremlin réfute les affirmations ukrainiennes selon lesquelles les troupes russes ont lancé l'assaut sur le site ces derniers jours et il ajoute que des couloirs humanitaires ont été mis en place. L'armée russe a promis une interruption de ses opérations pendant deux jours pour permettre aux civils de quitter la zone sans risque.

Vladimir Poutine a annoncé dès le 21 avril que la Russie avait remporté la bataille de Marioupol en ordonnant à ses troupes de boucler le site d'Azovstal.

Kyiv estime que l'armée russe pourrait intensifier son offensive à l'approche du 9 mai, lundi, journée de commémoration de la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Le moment viendra de célébrer le Jour de la victoire à Marioupol", a affirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, lors d'un point de presse vendredi en réponse à une question sur les intentions de Moscou pour le 9 mai dans les territoires ukrainiens occupés.

Dimanche, à la veille de cette journée clé pour Moscou, les dirigeants du G7 participeront à une réunion en vidéoconférence consacrée à la situation en Ukraine, à l'invitation du chancelier allemand, Olaf Scholz, a annoncé Berlin, qui préside le groupe cette année.

La ministre de la Défense allemande, Christine Lambrecht, a par ailleurs déclaré que son pays allait livrer sept obusiers à Kyiv, qui s'ajouteront aux cinq systèmes d'artillerie de ce type déjà promis par les Pays-Bas.

De son côté, la Commission européenne, a selon plusieurs sources européennes, retouché sa proposition d'embargo sur le pétrole russe, pour tenter de convaincre les Etats membres les plus réticents de l'adopter, notamment en prolongeant la période d'exemption accordée à la Hongrie et la Slovaquie.

(Reportage Pavel Polityuk, avec Alessandra Prentice, Natalia Zinets, Ronald Popeski et les bureaux de Reuters; version française Marc Angrand, édité par Sophie Louet)

click here for restriction
©2022 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !