Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Nouvelle hausse en Europe, grâce à Pfizer et BioNTech

Nouvelle hausse en Europe, grâce à Pfizer et BioNTech
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, la confirmation de l'efficacité du candidat vaccin de Pfizer et BioNTech contre le coronavirus ayant encouragé la prise de risque après un début de séance prudent.

À Paris, le CAC 40, qui reculait dans les premiers échanges, a fini sur un gain de 0,52% (28,45 points) à 5.511,45 points, sa première clôture à plus de 5.500 depuis le 26 février.

A Londres, le FTSE 100 a pris 0,37% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,52%.

L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,39%, le FTSEurofirst 300 de 0,41% et le Stoxx 600 de 0,44%.

Neuf jours après avoir fait état d'une efficacité de 90% de leur vaccin expérimental selon les premiers résultats d'essais chez l'homme, Pfizer et BioNTech ont annoncé que l'analyse des résultats définitifs montrait une efficacité de 95% et qu'ils demanderaient dans les prochains jours une autorisation de mise sur le marché aux autorités américaines.

"Nous nous attendons à ce que la FDA annonce une autorisation d'utilisation d'urgence dans les semaines à venir", commentent les analystes de Bank of America.

Cette perspective, qui entretient l'espoir d'une levée des mesures sanitaires et d'une reprise de l'activité économique au cours des prochains mois, a relégué au second plan les derniers chiffres pourtant préoccupants de la pandémie: selon le décompte de Reuters, le bilan mondial quotidien des décès dus au coronavirus a atteint un nouveau pic avec 10.816 morts recensés en 24 heures.

VALEURS

En Europe, les secteurs les plus sensibles aux perspectives de croissance ont logiquement profité à plein du regain d'espoir lié aux annonces de Pfizer et BioNTech: l'indice Stoxx de l'automobile a gagné 1,31%, celui des banques 1,23%, celui des matières premières 1,1%.

A l'opposé, les compartiments défensifs de la santé et de l'alimentation ont abandonné respectivement 0,33% et 0,17%.

A Paris, les meilleures performances du CAC 40 sont pour Alstom (+3,83%) et Renault(+4,64%), la plus forte baisse pour Unibail-Rodamco-Westfield (-3,34%).

L'actualité des fusions-acquisitions a aussi animé la séance: l'assureur britannique RSA a gagné 4,61% après avoir reçu une offre de rachat du canadien Intact Financial associé au danois Tryg et l'opérateur boursier allemand Deutsche Börse a pris 2,4% au lendemain de l'annonce de la prise de contrôle du cabinet de conseil aux investisseurs ISS.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait une nouvelle fois en ordre dispersé, le Dow Jones s'adjugeant 0,4% et le Standard & Poor's 500 0,15% alors que le Nasdaq Composite était pratiquement inchangé.

Outre la hausse de 1,7% de Pfizer, le S&P-500 profitait du gain de 2,76% de Boeing après le feu vert des autorités américaines de l'aviation civile à la reprise des vols du 737 MAX, immobilisé depuis mars 2019 après deux catastrophes.

LES INDICATEURS DU JOUR

Aux Etats-Unis, les mises en chantier de logements ont dépassé les attentes en octobre avec une hausse de 4,9% à 1,53 million en rythme annualisé, ce qui suggère que le marché immobilier reste dynamique. Le nombre de nouveaux permis de construire délivrés est toutefois resté quasi stable, à 1,545 million annualisé.

Dans la zone euro, Eurostat a confirmé la baisse de 0,3% des prix à la consommation en octobre, imputable pour l'essentiel à la chute des prix de l'énergie.

CHANGES

Privé de son attrait de valeur refuge par les bonnes nouvelles sur le front des vaccins, le dollar s'achemine vers une cinquième séance consécutive de baisse: l'indice mesurant ses fluctuations face à un panier de référence recule de 0,14% et se rapproche du plus bas de plus de deux mois touché mercredi dernier.

L'euro remonte vers 1,1870 mais la hausse est plus marquée pour la livre sterling, qui profite toujours des espoirs de compromis entre Londres et Bruxelles sur l'après-Brexit.

TAUX

Les rendements de référence de la zone euro ont fini en légère hausse, le regain d'optimisme lié aux annonces sur le vaccin de Pfizer et BioNTech l'ayant emporté sur la confirmation de la baisse des prix en octobre.

Celui du Bund allemand à dix ans a terminé la journée à -0,557% après être revenu à -0,579% en tout début de séance.

Son équivalent américain poursuit son repli: à 0,87%, il continue de s'éloigne du pic de près de huit mois touché la semaine dernière à 0,975%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier reste bien orienté après les annonces de Pfizer et BioNTech, une tendance que la hausse des stocks de brut aux Etats-Unis, moins forte qu'anticipé, n'a pas remis en cause.

Le Brent gagne 1,92% à 44,59 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,47% à 42,04 dollars.

Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont augmenté de 768.000 barils la semaine dernière selon les chiffres de l'Energy Information Administration (EIA) alors que le consensus Reuters les donnait en hausse de 1,7 million de barils.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !