»
»
»
Consultation

Nouveau recul pour les actions, le risque commercial toujours présent

Nouveau recul pour les actions, le risque commercial toujours présent
Crédit photo © Reuters

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge en début de séance lundi, toujours pénalisées par l'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses grands partenaires, Chine en tête, tandis que le cours du Brent rétrocède une partie de la hausse qui a suivi l'accord de vendredi à l'Opep.

À Paris, le CAC 40 perd 0,72% à 5.348,65 points vers 07h55 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,82% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,77%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,78%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,79% et le Stoxx 600 de 0,73%.

Dernier épisode en date de la montée des tensions entre Washington et Pékin, l'administration Trump a confirmé les informations du Wall Street Journal selon lesquelles le département du Trésor travaille à un texte qui encadrerait les investissements aux Etats-Unis des entreprises détenues à au moins 25% par des capitaux chinois.

Un tel encadrement, censé apaiser les inquiétudes de Washington concernant la protection de la propriété intellectuelle des entreprises américaines, pourrait être complété par des mesures de contrôle des exportations sur les produits et technologies industriels, estiment les économistes de Société générale.

"Ces annonces pourraient renforcer les craintes de guerre commerciale", ajoute la banque. "Nous considérons les annonces de cette semaine comme une étape du processus de discussion en cours mais, comme le montre l'exemple de ZTE (groupe chinois temporairement sanctionné-ndlr), les positions peuvent évoluer rapidement."

Les marchés chinois ont terminé la journée en net repli (-1,04% pour l'indice Composite de Shanghai), malgré l'annonce dimanche par la banque centrale d'une nouvelle diminution du ratio de réserves obligatoires imposé aux principales banques du pays, une mesure censée stimuler le crédit.

Tokyo avait auparavant clôturé sur un recul de 0,79%.

En Europe, comme c'est régulièrement le cas lorsque les préoccupations commerciales dominent la tendance sur les marchés, les secteurs des matières premières et de l'automobile sont les plus affectés, avec des replis respectifs de 1,33% et 1,17%. Les technologiques cèdent pour leur part 1,07%.

LE BRENT REVIENT SOUS 75 DOLLARS LE BARIL

Les banques (-1,30%) souffrent quant à elles du recul continu des rendements obligataires alimenté par l'aversion au risque et le repli sur les actifs jugés les plus sûrs.

Le rendement à dix ans allemand, référence pour la zone euro, est retombé à 0,316% et son équivalent américain sous 2,87%, s'éloignant un peu plus du pic de la semaine dernière à 2,95%.

Le marché pétrolier, lui, est reparti à la baisse après avoir salué vendredi l'accord conclu à Vienne par de grands pays producteurs, dont ceux de l'Opep, sur une augmentation de la production moins importante qu'anticipé par certains observateurs.

Le Brent abandonne 1,11% à 74,71 dollars le baril après avoir atteint 75,48 dollars vendredi; le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne toutefois 0,13% à 68,67.

Les marchés turcs, eux, saluent l'annonce de la réélection de Recep Tayyip Erdogan à la présidence de la Turquie et la victoire annoncée de son parti, l'AKP, aux législatives. La Bourse d'Istanbul prend 1,86%, la livre turque s'apprécie de 1,64% face au dollar et les obligations d'Etat libellées en dollars montent, au plus haut depuis trois semaines selon les données Thomson Reuters pour l'échéance 2040.

Le dollar a par ailleurs touché un plus bas de deux semaines face au yen à 109,38, affecté par le regain d'aversion au risque. La devise américaine s'apprécie néanmoins de 0,08% face à un panier de devises de référence.

L'euro cède 0,13% contre le billet vert pour revenir autour de 1,1640.

Aux valeurs en Europe, le spécialiste italien des câbles Prysmian chute de 4,74%, la plus forte baisse du Stoxx 600, après avoir abaissé vendredi sa prévision d'excédent brut d'exploitation annuel en raison des surcoûts du projet de câble sous-marin WesternLink.

A Paris, WorldLine cède 2,84% après l'abaissement de la recommandation de Kepler Cheuvreux, ramenée d'"acheter" à "conserver". A l'opposé au palmarès du SBF 120, Rexel (+1,65%) profite d'un conseil d'achat de HSBC.

(Édité par Patrick Vignal)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com