Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Nicolas Sarkozy promet de "grands projets" d'infrastructures

Nicolas Sarkozy promet de "grands projets" d'infrastructures
Crédit photo © Reuters

par Benjamin Mallet

ROISSY (Reuters) - Nicolas Sarkozy a fait part mardi lors de l'inauguration du nouveau satellite d'embarquement de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle de son intention de développer en France des "grands projets" d'aménagement durable et d'infrastructure.

La structure conçue par Aéroports de Paris (ADP) est destinée à accueillir 8,5 millions de passagers par an et à recevoir simultanément jusqu'à six gros porteurs A380 d'Airbus dès leur mise en service, en 2009.

"Un pays qui n'a pas de projet c'est un pays qui n'a pas d'ambition, c'est un pays qui n'a pas d'avenir. On va retrouver des grands projets et on va mobiliser les énergies nationales au service de ces grands projets", a déclaré le chef de l'Etat à l'issue d'une rapide visite du satellite d'embarquement.

Appelant de ses voeux "une grande, une forte politique industrielle" et "une véritable politique d'aménagement durable", le président a énuméré une liste de propositions allant des quotas d'émission de CO2 pour le transport aérien au développement de l'aéroport de Roissy, en passant par la régulation du secteur ferroviaire et l'aménagement de l'Ile-de-France.

Nicolas Sarkozy s'est tout d'abord dit "favorable à ce que des quotas d'émission de CO2 s'appliquent désormais au transport aérien". "Il n'est bien évidemment pas question de n'appliquer cela qu'aux compagnies européennes : pour une destination donnée, toutes les compagnies doivent être concernées ou aucune", a-t-il toutefois ajouté.

"On peut développer Roissy et mieux protéger les riverains", a également assuré Nicolas Sarkozy, en souhaitant que soit signée dans un délai d'un an une "charte pour le développement durable" de l'aéroport.

"Si l'Ile-de-France veut rester une place financière qui compte, si elle veut rester un centre scientifique, si elle veut rester au coude à coude avec Londres pour l'implantation des sièges sociaux, elle doit développer Roissy."

"Je souhaite que l'on concentre la réflexion sur ce sujet du développement durable de Roissy avant de songer au troisième aéroport", a également indiqué Nicolas Sarkozy.

LA DETTE "FINANCE L'AVENIR"

Le nouveau satellite d'embarquement de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle, relié à deux terminaux par un train automatique et des trottoirs roulants, ouvrira ses portes au public mercredi. Sa construction a coûté environ 645 millions d'euros, intégrés dans un programme d'investissement d'ADP de 2,7 milliards sur cinq ans destiné à augmenter la capacité de l'aéroport de 20 millions de passagers d'ici à 2010.

Dédiée à Air France et à ses partenaires au sein de Skyteam, la structure vise à répondre à la saturation de la plate-forme actuelle et à permettre des correspondances plus rapides pour les passagers à destination des Etats-Unis, de l'Asie et de l'Afrique.

Le nouveau satellite d'embarquement d'ADP reliera notamment le terminal 2E, qui s'était partiellement effondré en mai 2004 et dont la réouverture complète est prévue pour avril 2008.

Long de 750 mètres et équipé d'une façade de verre, il représente au total la surface de plus de 40 terrains de football. Son ouverture complète aura lieu en décembre prochain.

Evoquant le coût du développement des infrastructures du pays, Nicolas Sarkozy a estimé que la dette qui en résulterait était acceptable car elle "ne finance pas le présent, elle finance l'avenir". "Le tout est que la valeur de l'actif justifie celle du passif", a-t-il précisé.

Le président a également estimé que le fret ferroviaire français ne trouverait "sa croissance que dans la réorganisation qu'engage la SNCF et dans le développement de la concurrence", souhaitant que la régulation du secteur ferroviaire soit assurée par "une autorité indépendante".

Abordant un large éventail de problématiques liées aux infrastructures et à l'aménagement du territoire, Nicolas Sarkozy a également réclamé "un projet, une stratégie" pour la région Ile-de-France qui consisterait à "reconstruire une ville équilibrée".

"Je propose que l'ensemble des administrations concernées soit mobilisé dès l'automne 2007 (...) pour préparer les propositions d'actions nécessaires et qu'un comité interministériel d'aménagement du territoire dédié à l'Ile-de-France se tienne fin 2008 pour adopter un nouveau plan stratégique et le schéma directeur correspondant, ainsi que les textes législatifs et réglementaires nécessaires", a-t-il ajouté.

Le président de la République a également annoncé une réforme du statut des ports autonomes.

"Leur statut doit changer, leur organisation est d'un autre siècle", a-t-il observé. "Cela fait trop longtemps qu'on laisse une minorité empêcher une majorité de travailler", a-t-il ajouté sans donner plus de précision. /BM


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !