»
»
»
Consultation

Nicolas Hulot relance les spéculations sur son avenir

Nicolas Hulot relance les spéculations sur son avenir
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Nicolas Hulot a relancé mercredi les spéculations sur son avenir à la tête du ministère de la Transition écologique en annonçant qu'il ferait cet été un bilan de son action au gouvernement, prélude à un "moment de vérité" avec Emmanuel Macron.

"Je pense que cet été j'aurai suffisamment d'éléments pour pouvoir regarder si effectivement je participe à cette transformation sociétale" de la transition écologique, a-t-il déclaré sur BFM TV, tout en se disant "capable de partir".

"Cet été on aura avec le Président et le Premier ministre, je pense, un moment de vérité, on fera le point, on tracera les perspectives et on prendra ensemble des décisions sur l'avenir, sur les prochaines étapes", a-t-il poursuivi.

"Si je sens qu'on n'avance pas, que les conditions ne sont pas remplies, voire éventuellement qu'on régresse, à ce moment-là j'en tirerai les leçons", a encore déclaré l'ex-animateur de télévision, devenu l'un des ministres les plus populaires.

Mais "le pire n'est jamais certain", commente-t-on dans son entourage.

Ce n'est pas la première fois que Nicolas Hulot, prise de choix d'Emmanuel Macron il y a un an, laisse planer un doute sur son maintien au gouvernement : en octobre dernier, il avait par exemple laissé entendre qu'il ferait un choix à la fin 2017.

Revendiquant son "impatience" et des "éruptions de colère", il a par ailleurs exprimé sa contrariété à plusieurs reprises, notamment lors de la clôture des états généraux de l'alimentation, qu'il avait snobée en décembre au motif que les conclusions n'étaient "pas à la hauteur".

"Ce n'est pas facile de travailler avec Stéphane Travert (le ministre de l'Agriculture-NDLR)", jugeait récemment l'un de ses proches.

Cette fois, Nicolas Hulot n'a pas dit de quels critères découlerait sa décision mais, dans les faits, l'enjeu énergétique domine l'agenda de l'année 2018 et singulièrement de l'été qui vient.

"RELATION DE CONFIANCE ET DE FRANCHISE"

A l'Elysée, l'entourage d'Emmanuel Macron juge "sain" que chaque membre du gouvernement puisse "évaluer la manière dont son engagement porte ses fruits et "s'interroge pour pouvoir se dépasser".

Nicolas Hulot "s'insère parfaitement dans le collectif gouvernemental, il a une relation de confiance et de franchise avec le président et le Premier ministre et le président considère que Nicolas Hulot a toute sa place dans ce gouvernement", indique-t-on.

"Il y a un gros travail qui a d'ores et déjà été accompli dans le cadre du plan climat, il y a encore des choses à venir en matière d'énergie, sur la part du nucléaire, sur le développement des énergies renouvelables et Nicolas Hulot a toute sa place pour accompagner ces transformations".

Selon le calendrier donné par un conseiller de l'Elysée, le gouvernement doit présenter en juillet sa programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour les périodes 2018-2023 et 2024-2028, avant une adoption au Parlement à la fin de l'année.

Cette feuille de route doit fixer un échéancier en vue de la réduction à 50% de la part du nucléaire dans la production d'électricité, un sujet sur lequel Nicolas Hulot et Emmanuel Macron ont des approches dissonantes.

Le chef de l'Etat déclarait en 2016 que le nucléaire est un "choix d'avenir" puis, dans une interview au Monde en décembre dernier, que ce "n'est pas une énergie qui est mauvaise pour le climat" tandis que le ministre de la Transition écologique est un opposant de longue date à cette filière.

D'ici à cet été, plusieurs autres dossiers doivent connaître des avancées importantes, comme le plan en faveur de la biodiversité, qui doit être présenté vendredi, un autre en faveur du développement de la filière hydrogène, la loi mobilités, dont les arbitrages doivent être rendus en juin, ou la loi sur l'agriculture et l'alimentation, examinée à l'Assemblée nationale à partir de la semaine prochaine.

(Julie Carriat et Simon Carraud, avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com