Netanyahu demande à l'armée israélienne un plan d'évacuation des civils de Rafah

Netanyahu demande à l'armée israélienne un plan d'évacuation des civils de Rafah
  • 47
Netanyahu demande à l'armée israélienne un plan d'évacuation des civils de Rafah
Crédit photo © Reuters

JERUSALEM (Reuters) - Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a ordonné vendredi à l'état-major de Tsahal de mettre au point un plan combiné en vue de l'évacuation des civils de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, et de l'élimination des derniers bataillons du Hamas.

L'armée israélienne a intensifié son offensive contre Rafah, dernier refuge des populations déplacées par le conflit en cours depuis le 7 octobre dernier, en multipliant les frappes aériennes.

La stratégie israélienne, qui vise à l'éradication totale du Hamas, le mouvement palestinien à l'origine des attaques du 7 octobre contre l'Etat hébreu, est vivement critiquée par l'allié américain.

Washington a déclaré jeudi qu'il ne soutiendrait pas une opération terrestre à Rafah faisant fi du sort des milliers de civils terrés dans cette ville frontalière de l'Egypte. Le président américain Joe Biden s'est alarmé d'une riposte israélienne désormais "hors de proportion".

A lire aussi...Comptage

"Il est impossible d'atteindre l'objectif de la guerre sans éliminer le Hamas et en laissant quatre bataillons du Hamas à Rafah. Néanmoins, il est clair que l'activité intense à Rafah exige que les civils évacuent les zones de combat", déclare le cabinet de Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

"En conséquence, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné aux forces de défense israéliennes et à l'appareil sécuritaire de soumettre au cabinet un plan combiné pour l'évacuation de la population et la destruction des bataillons", peut-on lire.

Le bureau du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a estimé vendredi dans un communiqué que le but inavoué de ce plan était de chasser les Palestiniens de leur terre.

Il ajoute qu'il tiendra le gouvernement israélien et l'administration américaine responsables des répercussions de cette initiative.

Les organisations humanitaires estiment que plus de la moitié des 2,3 millions d'habitants de l'enclave de Gaza se trouvent à Rafah.

Les frappes menées vendredi par l'armée de l'air israéliennes ont fait au moins 15 morts, dont huit à Rafah, selon des sources médicales palestiniennes.

L'armée égyptienne a déployé une quarantaine de chars et des blindés ces deux dernières semaines dans le nord-est du Sinaï, à la frontière avec la bande de Gaza, selon deux sources sécuritaires égyptiennes.

"La maison entière a été détruite. Ma fille a été tuée. Ma fille, son mari, son fils, ce sont tous des martyrs. Deux autres ont été hospitalisés", témoigne Mohammed al Nahal, un vieil homme, devant les décombres de l'habitation.

"On ne peut tolérer une guerre dans un gigantesque camp de réfugiés", a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés. Il dit redouter "un bain de sang".

Un nouveau bilan communiqué vendredi par le ministère palestinien de la Santé fait état de 27.947 morts au sein de la population de Gaza.

(Reportage Emilie Rose, avec Emma Farge à Genève, Maya Gebeily à Beyrouth, Henriette Chacar à Jérusalem, Steve Holland à Washington, Michelle Nichols à New York; rédigé par Timothy Heritage; version française Sophie Louet)

Reuters

©2024 Thomson Reuters, all rights reserved. Reuters content is the intellectual property of Thomson Reuters or its third party content providers. Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters. Thomson Reuters shall not be liable for any errors or delays in content, or for any actions taken in reliance thereon. "Reuters" and the Reuters Logo are trademarks of Thomson Reuters and its affiliated companies.

Plus d'actualités Reuters

Chargement en cours...

Toute l'actualité