»
»
»
Consultation

Macron redoute une "très grande violence" samedi

Macron redoute une "très grande violence" samedi
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Le gouvernement redoute "une très grande violence" lors de la prochaine manifestation des "Gilets jaunes" samedi, avec "un noyau dur de plusieurs milliers de personnes" qui viendraient à Paris "pour casser et pour tuer", a-t-on indiqué jeudi à l'Elysée, citant des informations remontant du terrain.

La précédente manifestation, samedi dernier, a donné lieu à des violences inédites, notamment à Paris, et des scènes de chaos et de dégradations qui ont fait 263 blessés.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a prévenu mercredi que toutes les forces de police et de gendarmerie disponibles dans le pays seraient de nouveau mobilisées ce samedi et que toute personne prise en flagrant délit de violence ou de dégradations serait interpellée.

Selon des sources proches des forces de l'ordre, des militaires, notamment du dispositif Sentinelle contre le terrorisme, pourraient être mis à contribution pour assurer la garde statique de sites administratifs et institutionnels.

L'état-major a souligné jeudi que les armées n'avaient pas le maintien de l'ordre pour mission. "Les armées ne font pas de missions de sécurité intérieure, la mission de Sentinelle consiste à contribuer, avec nos moyens, nos capacités, dans une logique militaire, à la lutte antiterroriste", a rappelé lors d'un point de presse le colonel Patrik Steiger, porte-parole de l'état-major.

Près de trois semaines après leur première manifestation, les "Gilets jaunes", qui protestaient initialement contre la hausse de la taxe sur les carburants avant d'élargir leurs revendications à la question du pouvoir d'achat notamment, ne désarment pas, malgré les annonces faites par l'exécutif.

PÉNÉTRER DANS L'ELYSEE

Lors d'un débat organisé mercredi soir sur BFM TV, un porte-parole des "Gilets jaunes" Eric Drouet a confirmé son intention de pénétrer dans le palais de l'Elysée - "Tous les gens veulent aller là-haut, c’est le symbole de ce gouvernement."

Signe d'une certaine inquiétude au sommet de l'Etat, Emmanuel Macron a appelé mercredi les forces politiques, syndicales et le patronat à lancer un appel au calme, dénonçant "le silence coupable" de ceux qui cherchent à "attaquer la République".

"Le président de la République n'est pas fébrile, il est inquiet", a réagi jeudi le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume sur RTL. "Ce n'est pas une grande fébrilité, c'est une grande responsabilité. C'est celle de dire 'une partie du peuple est en train de se soulever, je dois lui apporter des réponses' qui ont été apportées hier" par le Premier ministre Edouard Philippe.

"On savait lors de l'annonce de ces mesures qu'elles ne suffiraient pas, bien sûr qu'elles ne suffisent pas parce que les gens disent c'est toujours trop tard", a-t-il ajouté.

Victime indirecte des manifestations et des possibles débordements à venir, le match de Ligue 1 de football entre l'AS Saint-Etienne et l'Olympique de Marseille, initialement prévu dimanche soir au stade Geoffroy Guichard, a été reporté. La rencontre entre Monaco et Nice, qui devait avoir lieu vendredi, a également été reportée à une date ultérieure.

A Paris, la Tour Eiffel, de nombreux musées, dont Le Louvre, le Grand et le Petit Palais et le musée d'Orsay, et plusieurs salles de spectacles - les deux Opéra, le Théâtre des Champs-Elysées - seront fermés.

Selon une source policière, il est demandé aux commerces des Champs-Elysées et du quartier de la Bastille de fermer samedi.

"Tout cela va mal finir", a réagi l'ancien Premier ministre et maire de Bordeaux Alain Juppé (ex-Les Républicains) sur Twitter. "La violence est partout dans les paroles et dans les actes. Appeler à descendre dans la rue dans les circonstances actuelles, c’est faire prendre un risque grave à tous. Il faut se parler, pas s’insulter !"

(Marine Pennetier, avec Simon Carraud, Sybille de La Hamaide et Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com