»
»
»
Consultation

Macron dit aux ministres de se reposer pour "repartir encore plus fort"

Macron dit aux ministres de se reposer pour "repartir encore plus fort"
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron et le gouvernement se sont réunis vendredi pour la dernière fois avant deux semaines de vacances, pendant lesquelles le chef de l'Etat a demandé aux ministres de se reposer pour pouvoir "repartir encore plus fort" à la rentrée.

"Il nous a dit de prendre de la distance, de se reposer mais d'être en veille permanente et de pouvoir bien préparer la rentrée", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, après le conseil des ministres. "Il est important de pouvoir recharger les batteries, pas pour le plaisir de les recharger, mais pour pouvoir repartir encore plus fort."

"L'intensité du programme de transformation ne faiblira pas à la rentrée, bien au contraire", a-t-il ajouté, évoquant les projets de loi Pacte sur les entreprises, de finances et de financement de la Sécurité sociale.

L'examen de la réforme constitutionnelle, suspendue le 23 juillet par le gouvernement en raison des répercussions de l'affaire Benalla sur les débats à l'Assemblée, reprendra également à la rentrée dans tous ses aspects, a-t-il ajouté.

Le président du groupe majoritaire à l'Assemblée, Richard Ferrand, avait pourtant envisagé d'abandonner cette révision pour se contenter d'une simple loi de réforme des institutions limitée à des sujets comme la réduction du nombre de parlementaires.

Au début du conseil des ministres, Emmanuel Macron s'est adressé à son équipe pour lui rendre hommage.

"Je voulais vous remercier pour l'engagement des derniers mois, le travail conduit sans relâche (...) avant une trêve bien méritée", a-t-il déclaré.

64 TEXTES DE LOI ADOPTES

Le prochain conseil des ministres se tiendra le 22 août et le président réunira dans la foulée certains ministres "pour préparer les annonces sur les textes financiers".

Emmanuel Macron promulguera ce vendredi la loi sur les violences sexuelles et sexistes, adoptée définitivement mercredi, et dans quelques jours celle instaurant un "droit à l'erreur".

Il devait recevoir en fin d'après-midi la Première ministre britannique, Theresa May, au fort de Brégançon (Var), résidence d'Etat surplombant la Méditerranée où il a prévu de séjourner deux semaines.

Ils s'entretiendront des obstacles à franchir pour boucler l'accord de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne et des relations futures entre les deux entités, sans pour autant négocier, a déclaré jeudi une source à l'Elysée.

L'Assemblée a quant à elle arrêté ses travaux mercredi, bouclant une première année de législature pendant laquelle 57 projets de loi et 7 propositions de loi ont été adoptés.

En plus de la loi sur les violences sexuelles et sexistes, le Parlement a définitivement adopté mercredi deux projets de loi clés de la première année du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Il s'agit de la réforme de la formation professionnelle, de l'assurance chômage et de l'apprentissage, qui doit contribuer à mettre fin au chômage de masse,, et du texte asile et immigration, le premier à avoir ouvert des failles dans la majorité, tout en plaçant le début du quinquennat sur un terrain droitier.

L'année parlementaire s'est également achevée sur les deux motions de censure déposées par l'opposition contre le gouvernement en raison de l'affaire impliquant l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron Alexandre Benalla, qui ont été rejetées mardi.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com