LVMH affiche des ventes en hausse de 20% au troisième trimestre

LVMH affiche des ventes en hausse de 20% au troisième trimestre
LVMH affiche des ventes en hausse de 20% au troisième trimestre
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - LVMH a fait état mardi d'une hausse de 20% en données organiques de ses ventes au troisième trimestre, même si la croissance de son chiffre d'affaires a ralenti en Asie et aux Etats-Unis après un premier semestre exceptionnel dans ces régions.

Le géant français du luxe a déclaré que la popularité de ses marques phare Louis Vuitton et Dior avait contribué à la croissance de 24% de la division mode et maroquinerie, qui représente près de la moitié des revenus de LVMH. Cela constitue une hausse de 38% par rapport à la même période en 2019, avant la pandémie de coronavirus.

Profitant du désir des consommateurs de s'offrir à nouveau des produits haut de gamme après des mois de confinement, l'industrie du luxe s'est relevée de manière solide de la crise sanitaire, alors même que le tourisme international, traditionnellement vecteur de croissance, n'a pas repris complètement.

Les ventes du groupe en données organiques, c'est-à-dire à changes et périmètre constants, ont atteint 15,51 milliards d'euros, un chiffre globalement conforme aux prévisions des analystes cités par Barclays qui tablaient sur une hausse de 21%.

Le directeur financier de LVMH, Jean-Jacques Guiony, a déclaré que la croissance des ventes en Asie avait été sous pression en août en raison du rétablissement partiel des restrictions sanitaires dans certains pays.

Il a toutefois précisé, lors d'une conférence téléphonique, ne pas avoir constaté de changement dans le comportement des consommateurs en Chine.

En août, les autorités de Pékin ont multiplié les mesures visant certains des secteurs les plus prospères de l'économie chinoise, dans le but affiché de réduire les pressions sur le coût de la vie des Chinois.

La promotion du programme économique en faveur d'une "prospérité commune" a amené les investisseurs à s'inquiéter du fait que les mesures de Pékin pourraient freiner la consommation de produits haut de gamme sur le plus grand marché mondial du luxe.

"Nous ne voyons pas pourquoi cela pourrait nuire à la classe moyenne supérieure qui constitue l'essentiel de notre clientèle", a déclaré Jean-Jacques Guiony.

Luca Solca, analyste chez Bernstein, a accueilli de manière positive les résultats communiqués par LVMH.

"Nous pensons que cela doit être un soulagement pour les investisseurs, surtout après la crise du secteur en août et les doutes sur les tendances de la demande chinoise, et même si d'autres divisions réduisent leur croissance par rapport à 2019 au troisième trimestre", a-t-il commenté.

Au cours du troisième trimestre, LVMH a enregistré une nette amélioration de ses ventes en Europe, malgré l'absence des touristes asiatiques.

Le groupe a enregistré une croissance de 28% de ses ventes aux États-Unis, contre 60% sur les six premiers mois de l'année, et de 12% en Asie (hors Japon), contre 70% au premier semestre.

Jean-Jacques Guiony a indiqué que LVMH n'avait pas été affecté par les problèmes sur les chaînes d'approvisionnement, une grande partie de la production du groupe étant basée en Europe. Il a écarté toute inquiétude sur la hausse des coûts de livraison.

Selon son directeur financier, LVMH continuera de se concentrer sur le pouvoir d'attraction de son acquisition phare, le joaillier américain Tiffany, pour susciter l'intérêt des jeunes consommateurs.

(Reportage Mimosa Spencer; version française Anait Miridzhanian, édité par Jean-Stéphane Brosse et Jean Terzian)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !