Londres attend 2 à 3 semaines de discussions intensives avec l'UE

Londres attend 2 à 3 semaines de discussions intensives avec l'UE
Londres attend 2 à 3 semaines de discussions intensives avec l'UE
Crédit photo © Reuters

par Catarina Demony

LISBONNE (Reuters) - La Grande-Bretagne espère deux à trois semaines de discussions intensives avec l'Union européenne sur le protocole nord-irlandais, a déclaré mardi le ministre britannique en charge du Brexit, appelant Bruxelles à autoriser des "changements importants" dans les règles régissant les relations commerciales avec sa province.

David Frost a ajouté, au cours d'un discours passionné à Lisbonne, que revoir les termes du protocole était le seul moyen d'apaiser les relations entre la Grande-Bretagne et l'UE, envenimées depuis des mois par la question de l'Irlande du Nord.

Alors que Bruxelles doit présenter mercredi des propositions destinées à sortir de l'impasse sur ce pan important de l'accord de Brexit, le ministre britannique a de nouveau prévenu l'exécutif européen que Londres pourrait s'affranchir de manière unilatérale de certains termes de l'accord s'il n'obtenait pas de concessions.

Justifiant la décision britannique en 2016 de quitter l'UE tout en accusant Bruxelles de compliquer davantage les relations bilatérales, David Frost a appelé à "revenir à la normale".

"Avec un peu de bonne volonté, nous pourrions toujours, en dépit de tous les problèmes, être dans une position dans laquelle le poison est extirpé entièrement de cette question et retiré une fois pour toutes de la table diplomatique", a dit le ministre britannique chargé des relations avec l'UE devant un parterre de diplomates européens et de journalistes.

La Commission européenne avait indiqué avant la prise de parole de David Frost qu'elle n'effectuerait aucun commentaire, indiquant qu'elle attendrait de dévoiler mercredi ses propres propositions. Une conférence de presse est prévue à 16h30 GMT, dans la foulée d'une session du Parlement européen.

Il est attendu que Bruxelles émette des propositions destinées à faciliter la circulation des biens - notamment les denrées alimentaires et les médicaments - entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord, sans aller jusqu'à la refonte du protocole réclamée par Londres et détaillée en juillet.

"Que l'UE déclare maintenant que le protocole - rédigé à la hâte dans une période de grande incertitude - ne pourra jamais être amélioré (...) serait une erreur de jugement historique", a estimé David Frost mardi, appelant à trouver "une meilleure voie".

(Reportage Catarina Demony à Lisbonne et William James à Londres, avec Kylie MacLellan et Costas Pitas à Londres; version française Jean Terzian, édité par Jean-Stéphane Brosse)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !