Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Londres appelle à une trêve mondiale pour permettre les vaccinations anti-COVID

Londres appelle à une trêve mondiale pour permettre les vaccinations anti-COVID
Crédit photo © Reuters

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne va appeler mercredi à une résolution au Conseil de sécurité de l'Onu visant à aider à négocier des cessez-le-feu pour que les personnes se trouvant dans des zones de conflit puissent être vaccinées contre le coronavirus, citant le devoir moral du Conseil de protéger les plus vulnérables.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, va présider une réunion virtuelle du Conseil de sécurité lors de laquelle sera discutée la menace planant sur plus de 160 millions de personnes qui vivent dans des zones d'instabilité et de conflit, comme le Yémen, le Soudan, la Somalie et l'Ethiopie.

"Nous avons un devoir moral d'agir, et une nécessité stratégique de faire front commun pour vaincre ce virus", a déclaré le secrétaire au Foreign Office dans un communiqué.

Dominic Raab entend aussi exhorter les pays membres de l'Onu à favoriser ensemble un accès équitable aux vaccins contre le COVID-19, prévenant que les variants du coronavirus vont se propager dans les zones où le vaccin n'aura pas été administré, laissant planer la menace de nouvelles vagues de la pandémie à travers le monde.

Cette réunion pourrait servir de révélateur sur le niveau de coopération à l'Onu entre la Chine et les Etats-Unis depuis l'arrivée de l'administration de Joe Biden le mois dernier.

Les tensions entre Pékin et Washington sous l'administration de Donald Trump s'étaient amplifiées à propos de la pandémie de coronavirus, notamment aux Nations unies, et il avait ainsi fallu l'an dernier plus de trois mois pour que le Conseil de sécurité soutienne l'appel du secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, à une trêve mondiale face à la crise sanitaire.

L'administration Trump a accusé Pékin de manque de transparence sur la pandémie et déclaré que cette attitude avait aggravé la situation sanitaire. La Chine a rejeté ces accusations.

(Kate Holton à Londres et Michelle Nichols à New York; version française Jean Terzian)


click here for restriction
©2021 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !