Liverpool retirée de la liste du patrimoine mondial de l'Unesco

Liverpool retirée de la liste du patrimoine mondial de l'Unesco
Crédit photo © Reuters

par Andrew MacAskill

LONDRES (Reuters) - L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a retiré mercredi Liverpool de sa prestigieuse liste du patrimoine mondial, de nouvelles constructions ayant entraîné selon elle une "perte irréversible des attributs" du port marchand de la ville anglaise.

Le centre historique et les docks de Liverpool, ville natale des Beatles, ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial en 2004, pour avoir été le témoin du développement de l'un des principaux centres du commerce mondial aux 18e et 19e siècles.

Un projet de construction du nouveau stade du club de football d'Everton sur une partie des anciens docks a été adopté au début de l'année malgré l'opposition des associations de défense de la nature.

Lors d'une session tenue en Chine, le Comité du patrimoine mondial a estimé que les nouvelles structures de la ville "port(ai)ent atteinte à l'authenticité et à l'intégrité du site".

La maire de Liverpool, Joanne Anderson, a qualifié d'"incompréhensible" ce choix, intervenu une décennie après la dernière visite des représentants de l'Unesco, et espère faire appel de cette décision.

"Je suis extrêmement déçue et préoccupée", a-t-elle déclaré. "Notre site du patrimoine mondial n'a jamais été en meilleur état, ayant bénéficié de centaines de millions de livres d'investissement."

Liverpool est le troisième site à être rayé de cette prestigieuse liste. La réserve naturelle d'Oman a été retirée en 2007, en raison de braconnages et d'une détérioration des habitations, et la vallée de l'Elbe à Dresde en Allemagne en 2009, en raison de la construction d'un pont à quatre voies sur le fleuve.

Le classement au patrimoine permet aux sites historiques d'avoir accès aux fonds de conservation des Nations unies et de figurer dans les guides touristiques dans le monde entier.

(Reportage Andrew MacAskill; version française Dagmarah Mackos; édité par Jean-Michel Bélot)


click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !