Accueil
»
Actualités
»
Reuters
»
Consultation

Ligue 1: l'OM veut devenir le rival de l'OL

Ligue 1: l'OM veut devenir le rival de l'OL

Par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Dauphin de Lyon et qualifié pour la Ligue des champions, Marseille savoure une saison "globalement positive" qui n'a été entachée que par son nouvel échec, le deuxième consécutif, en finale de la Coupe de France.

"La Ligue des champions est une étape importante qui nous donne les moyens de poursuivre notre politique de stabilité", explique le président Pape Diouf.

"L'objectif majeur est d'installer durablement le club dans la hiérarchie française", ajoute-t-il.

Les statistiques du club marseillais pour la saison qui s'est achevée samedi soir (19 victoires, 12 défaites et 7 nuls) démontrent le parcours chaotique de l'OM, qui a enchaîné coups d'éclat et amers revers.

"On a eu des trous mais on a été forts dans nos coeurs, nos têtes et notre collectif pour réussir le final du championnat. On a toujours joué pour gagner", note Albert Emon, qui devrait être confirmé dans les prochains jours à la tête de l'équipe.

"On a parfois été aidés par la chance mais on a aussi souvent su forcer le destin. On n'est pas la meilleure équipe. C'est Lyon. Mais on est celle qui a le plus joué le jeu tout au long du championnat", dit-il encore.

Pour le technicien phocéen, l'OM a tiré son épingle du jeu dans un championnat "très bizarre" grâce à la victoire à trois points et à sa régularité à domicile, un secteur où l'OM devance Lyon avec 14 victoires en 19 matches.

"Titiller Lyon l'an prochain signifie qu'il faudra être beaucoup plus performants, avoir un jeu plus équilibré pour perdre moins de matches, que ce soit à domicile ou à l'extérieur", prévient Emon.

"Si Lyon est aussi fort l'année prochaine, ce sera difficile d'aller les chercher. Ils ont vraiment survolé le championnat cette saison", précise-t-il.

NASRI EN LEADER

Faire chuter le sextuple champion de France, Samir Nasri en rêve déjà.

Le jeune international français a fait la sourde oreille aux propositions des plus grands clubs européens pour partir à la conquête d'un titre que son club formateur n'a plus embrassé depuis 1993 (un titre finalement non comptabilisé dans le palmarès en raison de l'affaire VA-OM).

"Le recrutement sera de qualité et les objectifs du club forcément revus à la hausse. On aura les moyens de lutter avec Lyon", affirme le joueur.

"Cette saison a été belle mais pas extraordinaire. Terminer deuxième du championnat n'est pas exceptionnel et cela fait deux ans qu'on rate la Coupe de France", assène-t-il encore.

En coulisses, les dirigeants s'activent déjà sur le front des transferts avec la priorité de stabiliser l'effectif actuel, puis de le consolider avec, au minimum, un renfort de valeur par ligne.

"On va pouvoir discuter de mon avenir concrètement à présent", a lancé Djibril Cissé à l'issue du dernier match.

Avec huit buts et quatre passes décisives en une moitié de championnat, le numéro neuf a rempli sa part de contrat.

Pape Diouf n'a jamais caché qu'il souhaitait le conserver dans l'effectif à condition que l'OM et Liverpool trouvent un terrain d'accord pour son transfert définitif. Les discussions doivent se poursuivrent dans les jours prochains.

RIBÉRY S'INTERROGE

Le dernier international français de l'équipe, Franck Ribéry, a pour sa part obtenu un billet de sortie, mais le prix demandé par le club marseillais pour son transfert -20 millions d'euros- et la perspective de disputer la Ligue des champions pourraient finalement l'inciter à rester une saison supplémentaire.

Des négociations devraient également s'ouvrir avec Mamadou Niang, meilleur buteur du club avec 12 réalisations en championnat, pour une prolongation de contrat.

Côté arrivée, le milieu de terrain de Libourne Saint-Seurin (L2), Vincent Gragnic, est la première recrue officielle du club marseillais.

International espoir, le défenseur rennais Jacques Faty doit également rapidement officialiser sa venue.

En attendant, l'équipe marseillaise s'envolera lundi pour un stage de trois jours au Maroc.

"Ma plus grande joie est maintenant de profiter des vacances avec le sentiment du travail bien fait", a conclu Albert Emon.


click here for restriction
©2020 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !