Liban : L'UE veut d'ici fin juillet un cadre juridique pour des sanctions

Liban : L'UE veut d'ici fin juillet un cadre juridique pour des sanctions
Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - L'Union européenne a fait savoir lundi qu'elle voulait convenir d'ici la fin juillet d'un cadre juridique pour un régime de sanctions contre les dirigeants libanais, tout en indiquant qu'aucune mesure ne serait mise en oeuvre dans l'immédiat.

Dans le sillage de la France, l'UE veut accentuer la pression sur les dirigeants politiques libanais afin que ceux-ci forment un nouveau gouvernement et engagent des réformes, onze mois après le début d'une crise politique et économique ayant entraîné une hyperinflation et une pénurie de denrées alimentaires et d'essence.

"Je peux dire que l'objectif est de boucler ceci d'ici la fin du mois. Je ne parle pas de la mise en oeuvre du régime (de sanctions), simplement de la mise en place du régime sur une base juridique solide", a déclaré le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, à des journalistes à Bruxelles.

Près d'un an après l'explosion dans le port de Beyrouth, qui a tué plus de 200 personnes, fait des milliers de blessés et dévasté des quartiers de la capitale le 4 août 2020, le Liban est toujours dirigé par un gouvernement intérimaire.

"Le Liban est en mode d'autodestruction depuis plusieurs mois", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian, à la presse à l'issue d'un Conseil des affaires étrangères à Bruxelles.

"Il y a une situation d'urgence majeure pour une population qui est dans la détresse", a-t-il ajouté, faisant part d'un consensus parmi les Vingt-Sept sur un "cadre juridique" permettant l'imposition de sanctions.

(Reportage Richard Lough et John Irish, rédigé par Michel Rose et John Irish; version française Jean Terzian)


click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !