Les taliban démentent la mort du mollah Baradar, vice-premier ministre afghan

Les taliban démentent la mort du mollah Baradar, vice-premier ministre afghan

(Reuters) - Les taliban ont démenti que l'un de leurs principaux dirigeants, le mollah Baradar, ait été tué dans une fusillade avec des rivaux au sein du mouvement, sur fond de rumeurs de divisions internes quasiment un mois après leur entrée victorieuse dans Kaboul.

Sulail Shaheen, porte-parole des taliban, a déclaré que le mollah Abdul Ghani Baradar, ancien chef du bureau politique des taliban et nommé la semaine dernière vice-Premier ministre d'Afghanistan, avait diffusé un message vocal dans lequel il dément avoir été tué ou blessé dans un affrontement.

"Il dit que ce sont des mensonges et que c'est totalement infondé", a écrit ce porte-parole sur Twitter.

Les taliban ont aussi diffusé des vidéos censées montrer le mollah Baradar participer à des réunions à Kandahar, dans le sud de l'Afghanistan. Reuters n'a pas pu vérifier l'authenticité de ces documents.

Ces démentis interviennent après plusieurs jours de rumeurs sur de possibles affrontements entre partisans du mollah Baradar et ceux de Sirajuddin Haqqani, chef du réseau Haqqani implanté près de la frontière du Pakistan et considéré comme l'une des franges les plus radicales et violentes du mouvement taliban.

Les rumeurs portent aussi plus globalement sur des divisions internes entre les chefs militaires des taliban comme Sirajuddin Haqqani et leurs représentants politiques, tels que le mollah Baradar, qui a piloté les efforts diplomatiques à Doha pour parvenir à un accord avec les Etats-Unis ayant conduit au retrait militaire américain d'Afghanistan en août.

Les taliban ont sans cesse démenti toute dissension interne.

Le mollah Baradar n'est plus apparu en public depuis de nombreux jours et il ne faisait pas partie de la délégation ministérielle qui a rencontré dimanche à Kaboul le ministre des Affaires étrangères du Qatar, cheikh Mohamed ben Abdoulrahman al Thani.

Le chef suprême des taliban, le mollah Haibatullah Akhundzada, n'a quant à lui pas été vu en public depuis la prise de Kaboul par les taliban le 15 août, même s'il a publié un communiqué lors de la formation du nouveau gouvernement la semaine dernière.

Les taliban n'ont confirmé la mort de leur fondateur, le mollah Omar, qu'en 2015, soit deux ans après.

(Reportage James Mackenzie, version française Bertrand Boucey, édité par Blandine Hénault)

click here for restriction
©2021 Reuters
Reuters

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !