»
»
»
Consultation

Les syndicats de la fonction publique maintiennent la pression

Les syndicats de la fonction publique maintiennent la pression

Crédit photo © Reuters

PARIS (Reuters) - Les organisations syndicales de la fonction publique, unies pour une journée de mobilisation le 22 mai, ont annoncé mardi une série de temps forts dans les prochaines semaines pour inciter le gouvernement à changer de cap sur sa réforme.

"Face à un gouvernement qui ne comprend pas, on est convaincus qu'il faut renforcer la mobilisation et durcir le mouvement", a déclaré le secrétaire général de FO-Fonctionnaires, Christian Grolier, lors d'une conférence de presse de l'intersyndicale.

En plus d'une journée de mobilisation et de grève nationale le 22 mai prochain, les neuf syndicats de la fonction publique appellent à soutenir tous les mouvements de contestation qui ont lieu dans les services de la fonction publique.

Ils citent la mobilisation dans le ministère de l'Economie et des Finances, dans les hôpitaux, à l'Office national des forêts ou encore chez Météo France.

Un "temps fort" avec "des rassemblements de militants" - sans grève - est prévu le 15 mai, jour d'une réunion à Bercy sur le recours aux contractuels.

Au-delà des 15 et 22 mai, les syndicats prévoient de poursuivre la mobilisation selon des modalités qui restent à définir.

"C'est important d'avoir ce calendrier qui s'inscrit dans la durée et qui a pour objectif de faire reculer les ambitions gouvernementales", a déclaré le secrétaire général de Solidaires Fonction publique Denis Turbet-Delof.

EN QUÊTE DE "RECONNAISSANCE"

Les syndicats de la fonction publique dénoncent la réforme qui prévoit la suppression de 120.000 postes de fonctionnaires sur cinq ans, ainsi que des restructurations touchant aux instances de représentation du personnel, au statut, à la rémunération et aux modalités de recrutement.

Ces mesures auront un "impact très fort" sur la qualité des services publics rendus, estime la présidente de la CFE-CGC, Nathalie Makarski, qui craint une dégradation des services notamment dans le secteur de la santé et de l'éducation.

Les syndicats souhaitent également une revalorisation des salaires des agents et dénoncent, les "mesures négatives" affectant leur pouvoir d'achat, comme le gel de la valeur du point d'indice ou encore l'introduction de la journée de carence en cas d'arrêt maladie.

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a promis au lendemain de la manifestation nationale du 22 mars de revaloriser les rémunérations des plus "mal payés", comme les infirmières.

Pour la secrétaire générale de la FSU, Bernadette Groison, ce genre d'annonces crée un "climat de division (...) qui n'est pas bon".

"Le gouvernement dit: 'on ne va pas pouvoir faire pour tout le monde donc on va choisir. On va considérer qu'aujourd'hui il y a des métiers plus importants que d'autres'" a-t-elle expliqué. "On ne rentrera pas dans ce jeu-là. Il vise à opposer les agents les uns aux autres".

(Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse et Simon Carraud)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com