»
»
»
Consultation

Les semiconducteurs confrontés à un retournement de cycle

Les semiconducteurs confrontés à un retournement de cycle
Crédit photo © Reuters

par Douglas Busvine

FRANCFORT (Reuters) - Les investisseurs qui ont parié sur le secteur européen des semiconducteurs afin de tirer parti de l'accumulation des innovations dans les smartphones et véhicules de pointe sont piégés par la dégradation de la conjoncture qui affecte ces deux marchés à la fois.

La montée des tensions commerciales sino-américaines a provoqué un net ralentissement de l'industrie automobile. Parallèlement, le marché des smartphones ralentit après des années de forte croissance, Apple étant lui-même confronté à de faibles ventes d'iPhones et à des perspectives incertaines.

Ce retournement de cycle a effacé un quart de la valeur de l'indice Stoxx Europe des semiconducteurs depuis son pic de juin et a interrompu un mouvement de hausse au cours duquel il a quasiment triplé depuis le début 2016.

La poursuite du repli des indices européens des directeurs d'achat (PMI), qui reflète la faiblesse de la puissante industrie automobile allemande, laisse penser que la chute des actions des semiconducteurs en Europe pourrait se prolonger.

La croissance des ventes mondiales de puces devrait ralentir à 2,6% l’an prochain contre 15,9% cette année, selon les prévisions de la Semiconductor Industry Association (WSTS).

Le chiffre d'affaires du marché européen, à 44 milliards de dollars (38,8 milliards d'euros), représente un peu moins du dixième du total mondial.

PERSPECTIVES À LONG TERME

Les investisseurs ont durement sanctionné en Bourse les entreprises qui n'ont pas atteint leurs objectifs ou qui n'offrent pas de perspectives claires pour 2019, malgré des propos rassurants concernant les perspectives à long terme.

"Le marché dit: 'Je ne te crois pas'", a déclaré Andrew Gardiner, analyste chez Barclays. "C'est la réaction classique des investisseurs dans le secteur des semiconducteurs en période de ralentissement."

Le ralentissement des marchés automobiles en Amérique du Nord, en Chine et en Europe a entraîné une série d'avertissements sur les bénéfices des constructeurs automobiles.

C'est un coup dur pour les deux plus grands fabricants de puces en Europe, Infineon et STMicroelectronics, sachant que les voitures représentent 40% du revenu d'Infineon et 30% de celui de STM.

STMicro a reconnu que "les conditions du marché chinois étaient peu favorables" et Infineon a déclaré qu'il y avait "une probabilité accrue de ralentissement".

"Ils ont du mal à estimer l'impact", dit Achal Sultania, directeur de la recherche sectorielle chez Credit Suisse.

"La perte au niveau des résultats n'a pas été significative mais les investisseurs revoient en baisse les multiples qu'ils sont prêts à payer pour détenir ces actions."

Des acteurs plus spécialisés, comme le fabricant britannique de puces optiques IQE, ont été pris au dépourvu le mois dernier par l'avertissement d'Apple sur ses ventes.

"Les deux dernières années ont été extrêmement intéressantes. Les deux ou trois derniers jours ne l'ont pas été du tout", a résumé le président du directoire d'IQE, Drew Nelson, après avoir annoncé une "baisse significative" des performances financières du groupe.

DIVERGENCES SUR LES PERSPECTIVES À COURT TERME

Les analystes financiers ont des opinions divergentes sur les perspectives à court terme du secteur des semiconducteurs, reflet d'une incertitude plus générale sur l'impact de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et du ralentissement de la croissance mondiale.

Certains d'entre eux, comme David Mulholland chez UBS, ont abaissé leurs perspectives de bénéfices, tout en conservant une vision plus positive sur des sociétés comme Infineon, spécialisé dans les puces haut de gamme.

Il estime que la branche d'Infineon qui équipe les véhicules électriques est un élément fort de soutien du groupe, qui représente jusqu'à la moitié de la valeur de l'entreprise.

Les pessimistes répliquent qu'avec une croissance des profits et des marges à des sommets historiques, il n'y a que très peu de potentiel d'amélioration alors que le ralentissement de la demande automobile et la faiblesse de l'industrie chinoise pèsent.

"Vous avez un malaise au niveau des volumes de ventes de smartphones haut de gamme; une industrie des semiconducteurs qui vit ou meurt en fonction des volumes; des profits et des marges record; et des vents contraires dans les secteurs de l'automobile et de l'industrie", souligne Neil Campling.

Seul Dialog Semiconductor, qui conçoit des puces de gestion de l'alimentation d'énergie utilisées dans les iPhones d'Apple, semble avoir résisté à la tendance négative.

Dialog est peut-être l'exception qui confirme la règle: le concepteur de puces anglo-allemand a signé un accord de 600 millions de dollars en octobre pour, de fait, réduire son exposition à Apple en transférant des actifs et du personnel vers le géant américain des nouvelles technologies.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)


click here for restriction
©2018 Reuters

Reuters

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com